•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pannes aux Îles : des Madelinots d'origine coupés de leur famille

Maison à peine visible dans la poudrerie.

Tempête aux Îles-de-la-Madeleine (Archives)

Photo : courtoisie Susan Rutledge

Radio-Canada

De nombreux Madelinots d'origine sont incapables de joindre leurs proches et sont inquiets.

La mère de Jasmine Boudreau, originaire des Îles-de-la-Madeleine et demeurant maintenant à La Tuque, est l'une des résidentes de l'édifice à logements de Havre-aux-Maisons qui a été incendié en après-midi.

Elle a pu recevoir des nouvelles de sa mère par l'entremise de sa sœur, Docile Boudreau, qui a filmé cette vidéo. Elle a pu communiquer avec elle en accédant au wi-fi d'un navire de la CTMA.

Mme Boudreau s'inquiète pour sa mère, qui est âgée de 90 ans. Elle décrit sa santé comme bonne, mais fragile.

Je m'inquiète, je m'inquiète beaucoup

Jasmine Boudreau, originaire des Îles-de-la-Madeleine

Elle ignore dans quel état psychologique est sa mère. Elle attend pour l'instant des nouvelles de sa famille et espère que la situation se rétablira le plus vite possible.

C'est aussi le cas d'Anne-Marie Hébert, une habitante des Îles-de-la-Madeleine qui est en vacances à Québec. Elle est séparée pour la première fois de son conjoint depuis la naissance de son bébé, qui a maintenant cinq mois.

Elle n’a pas réussi à parler à son conjoint.

Je commence à trouver ça moins drôle, à être inquiète, c’est de ne pas avoir de nouvelles, ne pas avoir de contacts.

Anne-Marie Hébert, habitante des Îles-de-la-Madeleine

Elle ne sait pas non plus quand elle sera elle-même en mesure de retourner aux Îles.

De son côté, Jessica Langford, qui est originaire des Îles et qui habite à Montréal, est aussi préoccupée pour ses parents et ses proches. C’est l’inconnu, on ne sait pas non plus quand ça va revenir, dit-elle.

Elle dit par contre être rassurée par le fait que ses parents possèdent une génératrice.

Une communauté tissée serrée

Ariane Nadeau, qui vient des Îles et qui habite maintenant à Québec, parle d’un « petit stress ». Elle n’a pas réussi à joindre ses proches, mais a pu avoir des nouvelles du frère de son ami, qui leur a communiqué que tout allait bien.

La Madelinienne d’origine croit que la communauté est assez tissée serrée pour venir en aide aux gens qui en ont besoin pendant ces temps difficiles.

J’ai l’impression que ça va quand même assez bien, dans le sens où les Îles-de-la-Madeleine, c’est une communauté qui est vraiment tissée serrée, les gens s’entraident toujours. Donc je pense que, pour le moment, il doit y avoir beaucoup d’entraide et ça doit bien aller à ce niveau-là.

Ariane Nadeau, originaire des Îles-de-la-Madeleine

Elle est rassurée de savoir qu’une partie des insulaires ont l’électricité et elle ne s’inquiète pas pour sa grand-mère, qui est dans un centre adjacent à l’hôpital.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Société