•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apuiat : François Legault met fin aux espoirs des Innus d'Essipit

Une éolienne à Cap-Chat
Le projet Apuiat ne verra pas le jour tant qu'Hydro-Québec sera en surplus énergétique, a annoncé François Legault. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le premier ministre François Legault a annoncé aux chefs innus que le projet de parc éolien Apuiat ne sera pas réalisé tant qu'Hydro-Québec sera en surplus énergétique.

L'annonce a été faite par le premier ministre en sortant de la réunion qu'il a tenue avec les leaders autochtones.

Ceux-ci n'ont pas souhaité faire de commentaires à l'issue de la rencontre.

Le premier ministre se plie ainsi aux arguments des dirigeants d'Hydro-Québec, qui jugent ce projet inutile et contre-productif. Selon eux, dans les circonstances actuelles, le projet éolien ne pouvait pas être rentable pour la société d'État.

Tant qu’il y aura des surplus d’électricité chez Hydro-Québec, le projet Apuiat ne sera pas réalisé. Par contre, j’ai pris l’engagement que le prochain projet qui sera réalisé lorsqu’Hydro-Québec n’aura plus de surplus d’électricité, ce sera le projet Apuiat.

François Legault, premier ministre du Québec

Les Innus devront toutefois s'armer d'une grande patience, puisqu'on ne prévoit pas de déficit d'énergie au cours des deux prochaines décennies.

« Ce n’est pas un problème de coût ou de prix d’électricité, c’est un prix compétitif, a précisé le premier ministre. Par contre, il y a des surplus d’électricité actuellement, pour les 20 prochaines années selon Hydro-Québec, donc on ne peut pas forcer Hydro-Québec à acheter encore plus d’électricité tant qu’on n’aura pas réussi à signer des contrats. »

Avec cette décision, François Legault met fin aux espoirs des Premières Nations qui espéraient une solution politique au différend qu'ils entretenaient avec Hydro-Québec.

Dans un communiqué publié en soirée, la Nation innue souligne tout de même que « le premier ministre n'a jamais mentionné que le projet est mort et enterré ».

« Au contraire, nous sommes heureux que le premier ministre reconnaisse qu'Apuiat est un projet compétitif et structurant pour l'ensemble des communautés de la Nation innue et les Québécois, au point d'en faire le prochain projet énergétique à être réalisé au Québec, avant même le prochain barrage hydroélectrique », ajoute le communiqué.

Les Innus d'Essipit affirment avoir discuté avec M. Legault d'une analyse, par un expert indépendant, de la situation véritable des surplus d'Hydro-Québec. « Le lien de confiance entre les chefs de la Nation innue et le président-directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel, est brisé », soutient le communiqué.

Étaient également présents des représentants de la compagnie Boralex, partenaire de la nation innue dans le projet de 200 mégawatts, et le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Jonatan Julien. La réunion avait d’ailleurs lieu dans les bureaux de son ministère dans l'arrondissement de Charlesbourg, à Québec.

Politique provinciale

Politique