•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba durcit ses sanctions concernant l’alcool au volant

Un verre d'alcool avec des clés de voiture et un maillet
Le gouvernement du Manitoba entend durcir les sanctions contre les conducteurs sous emprise de l'alcool, dès la première infraction. Photo: iStock
Radio-Canada

Le gouvernement du Manitoba a déposé jeudi un projet de loi pour modifier le Code de la route de la province en ce qui concerne la conduite en état d'ébriété. Des sanctions plus sévères sont prévues pour les contrevenants et les récidivistes.

Le gouvernement manitobain entend renforcer la sécurité sur les routes. Le ministre de la Justice, Cliff Cullen, dit vouloir « lancer un message à tous les Manitobains ».

« Si vous buvez et conduisez, vous perdrez votre permis, vous perdrez votre véhicule et vous perdrez votre argent », annonce-t-il.

La nouvelle réglementation proposée fait la distinction entre deux types de résultats positifs à un test de taux d’alcoolémie. Le premier niveau est fixé entre 0,05 et 0,08, et le deuxième au-delà de 0,08.

Dans la première situation, le conducteur fera face à une nouvelle amende d'au moins 200 $, si c’est sa première infraction. Dans le cas d’une récidive, cela ira jusqu’à un minimum de 400 $ à partir de la troisième infraction.

Le contrevenant s’expose également à la saisie de son véhicule, de trois jours la première fois et 30 jours à compter de la troisième.

De plus, les conducteurs ayant déjà subi trois contrôles positifs au taux d’alcoolémie devront utiliser durant un an un dispositif de verrouillage du système de démarrage. Il s’agit d’un appareil de contrôle du niveau d’alcool dans l’air expiré, qui permet le démarrage du véhicule seulement si le conducteur est sous le seuil légal d'alcoolémie.

Ces nouvelles sanctions s’ajoutent à celles déjà existantes.

Pour les conducteurs ayant été contrôlés avec un taux au-delà de 0,08, les sanctions sont plus importantes. Pour ceux dont c’est la première infraction, mais qui n’ont pas causé de blessures ou la mort d’autrui, la police peut imposer une amende d’un minimum de 500 $.

À sa discrétion, elle pourra, selon la nouvelle loi, imposer l’installation d’un antidémarreur pour un an, plutôt que de recourir à des charges criminelles.

Ces nouvelles mesures s’ajoutent aux 90 jours de suspension de permis, aux 30 jours de retrait de véhicule et à l’obligation de suivre un programme de rééducation auprès de la Fondation manitobaine de lutte contre les dépendances.

En prenant en compte toutes les sanctions, le gouvernement du Manitoba indique que le coût minimum pour un conducteur contrôlé en état d’ébriété serait de 2600 $ dès la première fois.

Manitoba

Politique provinciale