•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taux d’inoccupation de logements locatifs en baisse dans le Grand Sudbury, selon la SCHL

Une pancarte où il est inscrit for rent, ce qui signifie à louer en français.
Si peu de changements ont été enregistrés en moyenne en Ontario, le Grand Sudbury et Thunder Bay ont connu une variation considérable du taux d’inoccupation des logements locatifs. Photo: Associated Press / David Zalubowski
Radio-Canada

En Ontario, les taux d'inoccupation des logements à louer sont modestement à la hausse. Toutefois, le Grand Sudbury fait exception à la règle avec une chute considérable. En revanche, Thunder Bay a connu la hausse la plus importante dans la province.

Un texte de Didier Pilon

La moyenne provinciale pour les logements inoccupés est passée de 1,6 % en 2017 à 1,8 % cette année.

Seules deux villes ontariennes ont vu une baisse du taux d’inoccupation des logements locatifs.

Alors que le taux à Kingston a chuté légèrement de 0,7 % à 0,6 %, celui du Grand Sudbury a connu une baisse considérable, passant de 4,5 % à 2,6 %.

Que signifie une chute d’inoccupation?

Le taux d’inoccupation est une mesure de la relation entre l’offre et la demande dans le marché locatif.

Ainsi, si l’offre de logement diminue et que la demande augmente, cela se traduit par une baisse du nombre de logis disponibles sur le marché.

Une augmentation ou une diminution du taux d’inoccupation n’est pas nécessairement positive ou négative, souligne Ricardo Tranjan, chercheur principal du Centre canadien de politiques alternatives. Ça dépend toujours du contexte.

Un immeuble de logements à Thunder Bay. La ville de Thunder Bay compte environ 2500 logements pour les assistés sociaux. Photo : CBC/Matt Prokopchuk

Toutefois, M. Tranjan soutient qu’un taux d’inoccupation faible peut soulever des inquiétudes si des politiques publiques ne sont pas en place pour protéger les locataires.

La relation entre les propriétaires et les locataires devient alors plus asymétrique, note-t-il. Les propriétaires auront plus de pouvoir; ils pourront augmenter le loyer de manière déraisonnable.

C’est là que le contrôle des loyers est extrêmement important.

Ricardo Tranjan, chercheur principal du Centre canadien de politiques alternatives

Les différences entre Thunder Bay et le Grand Sudbury

Selon Christopher Zakher, l’analyste économique qui a effectué les études du Nord ontarien pour la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), Thunder Bay et le Grand Sudbury sont similaires à première vue.

Campus universitaire Les services élargis en santé mentale seront mis sur pied dès l’an prochain sur le campus de l’Université Laurentienne. Photo : CBC/Erik White

De plus, on remarque une forte croissance de l’emploi des gens de 25 à 44 ans dans les deux villes.

Lorsque l’on voit de meilleures conditions d’emploi pour les personnes de ce groupe, plusieurs de ces personnes prennent le prochain pas et quittent la maison familiale, souligne M. Zakher.

Selon l’analyste, les plus importants leviers de cette croissance sont le secteur minier et la construction.

À Sudbury, il y a plusieurs projets municipaux et provinciaux, comme la promenade Maley et la Place des Arts, en plus d’un prix du nickel plus élevé que la moyenne historique.

Une pelle mécanique creuse le sol.Début des travaux sur le futur site de la Place des arts à Sudbury le 29 octobre 2018. Photo : Radio-Canada

Toutefois, la principale différence qui explique les tendances inverses entre le Grand Sudbury et Thunder Bay est le marché immobilier, selon M. Zakher.

À Sudbury en particulier, on voit les conditions d’un marché favorable aux vendeurs comme on n'en a pas vu depuis la fin des années 2000, début des années 2010, soutient-il.

Ces obstacles à l’accession à la propriété sont moins présents à Thunder Bay.

Dans les dernières années, il y a un marché plus équilibré à Thunder Bay, ce qui offre un point d’entrée aux acheteurs potentiels, conclut M. Zakher.

Immobilier

Économie