•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport du pétrole : l'Alberta veut acheter 80 locomotives et 7000 wagons

Vue sur une femme qui parle devant des micros.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, devant la Chambre de commerce de Toronto

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de l'Alberta souhaite acheter 80 locomotives et plus de 7000 wagons pour que deux trains supplémentaires en circulation chaque jour puissent transporter du pétrole albertain vers de nouveaux marchés.

Un texte de Charlotte Dumoulin

La première ministre Rachel Notley a apporté jeudi, devant la Chambre de commerce de Toronto, quelques précisions au sujet de son annonce de la veille pour faire face aux difficultés dans l'industrie pétrolière.

Elle estime que cette nouvelle acquisition permettra de réduire l’écart actuel, jamais atteint auparavant, entre le prix du pétrole américain et celui du pétrole canadien.

Ainsi, elle prévoit que ces trains supplémentaires, qui circuleront chaque jour et qui devraient compter entre 100 et 120 wagons, pourront acheminer du pétrole principalement vers les raffineries près du golfe du Mexique.

« Ottawa doit se joindre à l’Alberta et investir dans de nouveaux trains pour diminuer l’écart [de prix]. »

— Une citation de  Rachel Notley, première ministre de l’Alberta

Cela permettra, selon elle, de réduire de 4 dollars la différence de prix entre le Western Canadian Select et le West Texas Intermediate, qui est présentement d'environ 40 $.

D'ailleurs, selon la province, cet écart fait perdre 80 millions de dollars par jour à l'économie canadienne.

Avec l’aide ou non d’Ottawa, l’Alberta « ne perdra pas de temps », indique Rachel Notley. Elle soutient qu’une entente sur l’achat de ces locomotives et de ces wagons devrait être conclue dans les prochaines semaines.

Malgré tout, l’achat de trains demeure une solution à court terme pour la première ministre. Elle rappelle que la meilleure solution est la construction de pipelines pour permettre qu’une plus grande quantité de pétrole puisse être acheminée vers les raffineries.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !