•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Bienvenue dans l'usine à saucisse : comment on crée une fausse nouvelle

Un logo de Twitter tombe dans un hachoir à viande. Il devient des « j'aime » sur Facebook.
Un tweet est devenu la matière première d'une fausse nouvelle sur Facebook. Photo: Radio-Canada / Sophie Leclerc
Jeff Yates

CHRONIQUE - Un dicton veut que, si on voyait comment sont fabriquées les saucisses à hot-dog, on ne voudrait plus jamais en manger. L'idée s'applique-t-elle aussi aux fausses nouvelles? Un populaire mème qui circule au Québec affirme faussement qu'un pacte des Nations unies permettra à des « millions » d'immigrants non citoyens de voter au Canada en 2019, et ce, sans avoir à prouver leur identité. Voici comment, tout comme avec ce classique de la malbouffe, un amas de matières premières douteuses a été transformé en un produit digestible et populaire, à partager avec ses amis.

Le 15 octobre 2018

L'auteur canadien Bill Tufts envoie un gazouillis sur son compte Twitter personnel, qui compte 8000 abonnés.

« Le Pacte mondial sur les migrations permettra à des millions d'immigrants de voter aux élections de 2019. L'entente dit que les "citoyens universels" dans le "cycle de l'immigration" doivent recevoir les mêmes droits humains et légaux que les citoyens des États pré-postnationaux [Qu'est-ce qu'il veut dire? On ne sait pas trop, NDLR]. [Le premier ministre du Canada, Justin] Trudeau mettra cela en application pour permettre aux immigrants récemment arrivés au pays de voter », affirme-t-il.

Cette affirmation est fausse, point, et je vous explique au bas de cet article pourquoi (voyez l'encadré). Concentrons-nous d'abord sur comment l'information de ce tweet est devenue une fausse nouvelle. Ce que vous devez savoir pour l'instant, c'est que le pacte est une entente internationale proposée par l'Organisation des Nations unies (ONU). Celui-ci est compliqué et assez controversé. Le Canada est supposé le signer lors d'un sommet à Marrakech, au Maroc, les 10 et 11 décembre prochains. Le pacte ne forcerait pas le Canada à permettre aux non-citoyens de voter.

L'affirmation de M. Tufts est balancée seule comme ça, sur Twitter, sans même inclure un lien vers le fameux pacte (vous pouvez aller le lire ici (Nouvelle fenêtre)). Où prend-il son information? Nul ne le sait.

Bref, ce n'est pas quelque chose de très solide. Malgré cela, le tweet génère 159 retweets, 125 J'aime et 32 commentaires.

Le 16 octobre 2018

Un blogue partisan canadien assez obscur publie un article (Nouvelle fenêtre) en se basant sur le tweet de M. Tufts.

« Le Pacte mondial pour les migrations fera en sorte que des millions voteront en 2019 », est-il écrit, avec une photo de Justin Trudeau.Agrandir l’imageCapture d'écran de l'article sur un blogue. Photo : Capture d'écran - The Nectarine

« Le Pacte mondial pour les migrations fera en sorte que des millions voteront en 2019 », affirme l'article sans broncher. Remarquez que le langage utilisé est déclaratif et ne laisse aucun doute. Ce n'est pas « ferait en sorte », mais « fera en sorte ». Le texte a comme seule source le tweet de M. Tufts et ne tente pas de valider l'information. Pire, l'auteur mentionne cette « nouvelle » une seule fois dans son article, dans la première phrase. Il n'y revient pas.

Le reste de l'article parle d'une ribambelle de controverses visant l'immigration au Canada. Puis il affirme que le gouvernement Trudeau cherche à révoquer la loi C-71, ce qui permettra aux Canadiens de voter sans s'identifier, simplement en présentant la carte d'information de l'électeur.

Encore une fois, vous pourrez voir dans l'encadré, plus bas, pourquoi c'est faux. Rapidement, il s'agit d'adopter le projet de loi C-76 (Nouvelle fenêtre) (et non de révoquer C-71, comme le mentionne l'article – le projet de loi C-71 (Nouvelle fenêtre) concerne plutôt les armes à feu). Le projet de loi C-76 permettra aux citoyens d'utiliser leur carte d'information d'électeur pour prouver leur lieu de résidence, mais ils devront toujours s'identifier à l'aide d'une carte d'identité avec photo.

L'article ne se base pas sur grand-chose pour appuyer l'affirmation déjà faible de M. Tufts. De plus, il ajoute une autre couche de désinformation avec une mauvaise interprétation du projet de loi C-76.

L'article génère 5864 interactions sur Facebook, dont 864 partages. Il est relayé par plusieurs pages et groupes hyperpartisans au Canada.

Le 18 octobre 2018

Un mème apparaît sur la page « Take Back your Power Canada » (Reprends ton pouvoir, Canada).

Celui-ci est un amalgame confus des deux affirmations contenues dans l'article. D'une part, on parle du Pacte sur les migrations, puis on mentionne la fausse information sur le projet de loi C-76. Peu importe si ces deux choses n'ont aucun lien ensemble (l'une est un accord mondial, l'autre est une réforme électorale canadienne) : elles sont présentées comme étant la même chose, comme si le projet de loi découlait du pacte.

On en ajoute une couche, laissant sous-entendre que M. Trudeau met en œuvre ces dispositions pour acheter des votes. On répète que « des millions » voteront et on reprend l'erreur en parlant de C-71 (et non C-76) dans l'accroche. On inclut aussi un lien vers l'article du blogue.

L'image est relayée 1462 fois sur la page, mais j'ai trouvé d'autres exemplaires dans d'autres pages et groupes. Comme il s'agit d'une fausse nouvelle de type « guérilla », il est impossible de mesurer sa portée sur les réseaux sociaux.

Le 23 novembre 2018

Il y a une photo de Trudeau et le texte: « Le Pacte sur la migration (sic) entraînerait des millions à voter en 2019. Le plan de Trudeau permettrait aux cartes d'électeurs d'être suffisantes et la présentation d'une pièce d'identité ne sera plus nécessaire ».Agrandir l’imageLa version française du mème. Photo : Capture d'écran - Facebook

Une version française de l'image aboutit dans un groupe Facebook au Québec, nommé « Bienvenue au Québec, République Banane la plus Corrompue au Canada.! [sic] » et comptant 931 membres. C'est l'une des membres du groupe qui la publie.

Le mème est identique à la version en anglais, mais contient du texte clairement traduit à la bonne franquette. Vive Google Traduction! Il contient même le nom du groupe Facebook anglophone, Take Back your Power Canada, traduit en français (Reprends ton pouvoir Canada). Aucun groupe Facebook n'existe à ce nom.

La publication ne contient aucune information supplémentaire, pas même le lien vers l'article d'où sont tirées les fausses informations.

Ce n'est pas grave : elle est partagée 4031 fois, et elle suscite au moins une menace de mort envers le premier ministre du Canada.

En résumé

L'information part d'un tweet sans source d'information. Elle est reprise par un blogue et devient un mème anglophone, qui est ensuite traduit en français. Publiée dans un groupe de quelque 900 membres, elle est partagée plus de 4300 fois, atteignant un auditoire qui dépasse très largement le membership du groupe.

En cours de route, l'origine de la fausse information se perd. Des gens se fâchent et partagent une information qui remet en question la validité des élections au Canada en ne sachant pas trop d'où elle provient.

Bienvenue dans l'usine à saucisse.

Pourquoi l'affirmation sur le Pacte mondial sur les migrations est fausse

Nulle part n'est-il mentionné dans l'entente que les migrants non citoyens devraient avoir le droit de voter. Le préambule mentionne non seulement qu'il s'agit d'un pacte juridiquement non contraignant, mais qu'il « maintient la souveraineté des États », ce qui veut dire qu'il ne modifie en aucun sens les lois en place dans les pays signataires. Seuls les citoyens canadiens âgés de plus de 18 ans peuvent voter, que le pacte soit ratifié ou non.

Pourquoi l'affirmation sur la carte d'information d'électeur est fausse

Le projet de loi C-76 ne donnera pas le droit à n'importe qui d'aller voter. Il permettra aux citoyens de présenter leur carte d'information d'électeur comme preuve de résidence, mais ils devront toujours s'identifier à l'aide d'une pièce d'identité avec photo.

C'est l'ancien directeur général des élections du Canada, Marc Mayrand, qui avait recommandé cette disposition lors des représentations sur le projet de loi C-76. À Élections Canada, on m'a expliqué que cela faciliterait la preuve de résidence au moment de voter, puisque ce ne sont pas tous les Canadiens qui disposent d'une pièce d'identité avec l'adresse de résidence. Pour des personnes habitant en centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) ou sur des réserves, par exemple, elles n'ont pas toujours de factures ou de documents contenant leur adresse pour prouver leur lieu de résidence. Le projet de loi C-76 rétablirait tout simplement la carte d'information d'électeur comme preuve d'adresse.

Les personnes qui ne possèdent pas de document d'identité avec photo devront prêter serment et faire valider leur identité par un témoin, comme c'est le cas à l'heure actuelle. Cela ne changerait pas.

Quant à l'idée que le projet de loi C-76 permettrait à « des millions » d'immigrants de voter illégalement, Élections Canada la trouve farfelue. « Nous avons des mécanismes et de sauvegarde. Le registre national des électeurs est mis à jour de façon quotidienne », explique Ghislain Desjardins, conseiller principal en relations avec les médias à Élections Canada. Il serait en réalité impossible qu'un large nombre de personnes vote illégalement sans qu'Élections Canada ne le détecte, encore moins « des millions ».

De plus, voter illégalement est un acte criminel sérieux. « Si une personne décide de voter illégalement, il peut y avoir des sanctions assez sévères », dont des amendes ou même l'emprisonnement, explique M. Desjardins, ajoutant qu'il s'agit d'un acte assez rare. Élections Canada n'a déchiffré qu'une poignée de cas pendant l'élection fédérale de 2015.

Vous avez vu circuler une info douteuse, une photo louche ou une citation peu crédible? Envoyez-la-moi! Vous pouvez m'écrire un courriel ou me joindre sur Facebook ou Twitter.

Fausses nouvelles

Société