•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La notion de vie privée est une question de culture, selon le vice-président de Cisco

Une caméra de surveillance
La Chine comptera 600 millions de caméras de surveillance sur son territoire en 2020. Photo: getty images/istockphoto / hallojulie

Les entreprises technologiques ne devraient pas être tenues responsables de l'utilisation qui est faite de leurs inventions, a affirmé en substance Guy Diedrich, vice-président et directeur de l'innovation globale de Cisco, lors d'une conférence à Canton, en Chine.

Ce haut gradé du géant de l’informatique américaine a tenu ces propos lorsque l’animateur l’a interrogé sur sa position par rapport à la surveillance des citoyens par les autorités à l’ère des villes intelligentes.

Selon Guy Diedrich, les responsables des entreprises technologiques doivent d’abord et avant tout se préoccuper de leur prospérité et de leur pérennité dans un monde de plus en plus connecté. M. Diedrich n’a pas évoqué les droits de la personne dans sa réponse.

« C’est une question difficile, certainement, a expliqué M. Diedrich au congrès Fortune Global Tech Forum. La technologie est agnostique, elle ne connaît pas nécessairement de frontières. La façon de s’en servir est une considération culturelle, gouvernementale et citoyenne. »

Ces commentaires de M. Diedrich surviennent alors que Cisco construit une ville intelligente d’une valeur de 3 G$ US dans le district de Panyu, à Canton.

Le projet suscite une certaine controverse à l’international en raison des craintes que le gouvernement chinois s’en serve pour surveiller encore davantage sa population. La Chine est l’un des pays où les technologies de surveillance sont les plus avancées au monde, et elle devrait compter 600 millions de caméras de surveillance d’ici 2020.

Ce réseau de caméras, jumelé à l’usage grandissant des mégadonnées et de la reconnaissance assistée par intelligence artificielle, fait en sorte que les Chinois sont constamment épiés.

La technologie de reconnaissance faciale est si avancée en Chine qu’un suspect recherché avait pu être repéré dans une foule de 60 000 personnes à un concert, en avril dernier.

Il existe même en Chine un système de notation des comportements, qui attribue un score aux citoyens en fonction de leur bonne ou mauvaise conduite.

Toutes ces technologies sont régulièrement décriées par les organismes de défense des droits de la personne, qui y voient des façons d’étouffer la dissidence.

Avec les informations de Fortune

Informatique

Techno