•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élimination des centrales au charbon : des Saskatchewanais se sentent abandonnés

Mine de charbon au sud d'Estevan en mars 2008.

L'économie de la communauté d'Estevan dépend en grande partie de l'industrie du charbon. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Troy Fleece

Radio-Canada

Certains habitants d'Estevan et de Coronach, dans le sud de la Saskatchewan, se sentent abandonnés par les gouvernements dans les discussions sur l'élimination du charbon comme source d'énergie au Canada, à l'approche de la date butoir de 2030.

Un texte de Marie Chabot-Johnson

Des habitants des deux municipalités, dont l’économie est basée majoritairement sur l’industrie du charbon, ont confié leur inquiétude quant à l’avenir de leurs communautés au groupe environnemental Climate Justice Saskatoon à l'occasion de différents entretiens. Ces discussions ont mené au dépôt, cette semaine, du rapport « Bridging the Gap »  (« Faire le pont entre les deux »), qui s’intéresse aux relations entre les communautés qui utilisent le charbon et les groupes environnementaux urbains.

Ils vivent sous un lourd nuage d'incertitude. [...] Ils ont beaucoup de mal à prendre des décisions concernant l'avenir et à investir dans leurs communautés.

Hayley Carlson, co-auteur du rapport

Les membres des communautés touchées par ce changement de politique énergétique devraient être au centre des décisions, d’après le groupe de Saskatoon. Ce dernier suggère de prévoir des mécanismes pour permettre à ces communautés d’avoir la capacité de prendre des décisions pour elles-mêmes et de planifier leur avenir.

Décisions gouvernementales

L’avenir de l’exploitation des mines de charbon dans des municipalités saskatchewanaises, comme celle d’Estevan et de Coronach, est incertain depuis l’annonce en 2016 d’un plan fédéral d’élimination progressive des centrales électriques alimentées par la combustion du charbon d'ici 2030.

En Saskatchewan, le charbon est responsable de plus de 40 % de la production d'électricité et de 82 % des émissions liées à l'électricité, selon les données publiées dans le rapport et provenant des estimations de SaskWind, un ancien projet en énergie éolienne.

Un tableau qui indique que 40 % de l'électricité provenait du charbon en 2017 en Saskatchewan, 35 % du gaz naturel, 16 % de l'hydroélectricité et 9 % d'autres sources.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une illustration de l'électricité en Saskatchewan en 2017

Photo : Radio-Canada

À l’époque, le gouvernement de la Saskatchewan a tenté de signer une entente d'équivalence, avec le gouvernement canadien. Cette entente aurait donné plus de flexibilité à la province dans sa transition vers l'abolition des centrales au charbon.

D'autres solutions?

Les habitants d'Estevan et de Coronach ont aussi fait part de leurs doutes quant à la future transition énergétique envisagée pour leurs communautés. Même si certains se disent ouverts à l’idée de se tourner vers les énergies renouvelables, la plupart préfèrent la stabilité que l’exploitation du charbon leur donne.

« De l’avis général, les technologies renouvelables ne sont pas tout à fait prêtes », dit Hayley Carlson. Selon lui, l'option de stockage et de captage du CO2 est plus avancée, comme c'est le cas à l'usine de Boundary Dam.

En juin dernier, un groupe d’experts fédéraux se sont rendus à Coronach, entre autres, pour étudier la possibilité de nouveaux développements économiques plus durables. Les informations et les recommandations tirées de cette rencontre seront intégrées au rapport attendu à la fin de 2018 par la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna.

Avec les informations de Morning Edition de CBC

Saskatchewan

Industries