•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs assurent qu'ils n'ont pas poussé Amanda Simard à partir

Amanda Simard, la seule députée franco-ontarienne de Doug Ford

La députée de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard, siégera dorénavant comme indépendante.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que les progressistes-conservateurs tentent de minimiser l'impact de la nouvelle du départ d'Amanda Simard en disant que les membres du caucus sont plus « unis et remplis d'énergie que jamais », les libéraux gardent la porte ouverte à la députée de l'Est de l'Ontario.

Un texte d’Eve Caron

À la suite d’une semaine particulièrement mouvementée, la députée de Glengarry-Prescott Russell a annoncé son départ du Parti progressiste-conservateur juste avant une réunion des membres du caucus, jeudi matin, à Queen’s Park.

Amanda Simard a envoyé une lettre au président de la Chambre disant qu’elle allait continuer de siéger à l’Assemblée législative de l’Ontario, mais en tant qu’indépendante.

Mercredi, la députée de Glengarry-Prescott-Russell avait voté contre le projet de loi 57 qui porte entre autres sur l’annulation du financement pour l’Université de l’Ontario français et l’élimination du Commissariat aux services en français de l’Ontario.

Non, je ne suis pas d'accord avec ça. Personne ne l'est. Certainement je crois qu'il s'agit d'une erreur de sa part.

Une citation de : Todd Smith, leader parlementaire des progressistes conservateurs

La ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires, Lisa MacLeod, ajoute que Mme Simard devra ronger son frein pendant quatre longues années dans l'opposition.

De son côté, la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, insiste pour dire que le caucus progressiste-conservateur n’a pas demandé à Amanda Simard de quitter le parti.

Malgré la perte de son adjointe parlementaire, elle maintient que le gouvernement doit aller de l'avant avec les coupes contenues dans l'énoncé économique. Je crois que tous les Ontariens ont été avertis : les finances publiques vont frapper un mur si nous ne rétablissons pas la situation, répète-t-elle.

Doug Ford voulait-il se débarrasser d'elle?

Le premier ministre Doug Ford disait mercredi avoir tendu la main à Amanda Simard, affirmant que cette dernière ne l'avait pas rappelé.

Ces propos sont contredits toutefois par la députée néo-démocrate France Gélinas, qui dit avoir parlé à Amanda Simard dans les heures précédant son départ du caucus progressiste-conservateur.

Elle m’a montré son téléphone puis elle dit : “regarde il ne m'a jamais appelé, jamais texté, il ne m'a jamais envoyé de courriel, rien”. Elle s'était fait dire qu'il y aurait des conséquences à ses actions.

Une citation de : France Gélinas, députée néo-démocrate

Amanda Simard n’était pas à Queen’s Park jeudi.

Se joindra-t-elle aux libéraux?

De son côté, la députée libérale Nathalie Des Rosiers confirme qu’au moins une personne au sein du Parti libéral a contacté Amanda Simard, sans pour autant donner plus de détails sur leur conversation.

Certainement, je pense qu'on l'accueillerait. Je pense qu'elle a bien représenté ses commettants au cours des dernières semaines.

Une citation de : Nathalie Des Rosiers, députée libérale

Créée en 1999, la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell était représentée par les libéraux jusqu’à l’élection d’Amanda Simard en juin dernier.

Le gouvernement conservateur a annoncé que la députée de Thornhill, Gila Martow, assumerait les fonctions d’adjointe parlementaire aux Affaires francophones en remplacement d’Amanda Simard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !