•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beauce : 23 ans de prison pour avoir traité des enfants comme « des esclaves »

Jean-Marie Rodrigue.
Jean-Marie Rodrigue Photo: Facebook
Radio-Canada

Jean-Marie Rodrigue écope de 23 ans de prison pour avoir agressé physiquement et sexuellement 13 victimes, principalement des enfants.

Un texte de Yannick Bergeron

La peine est tombée ce matin au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce contre l'homme de 64 ans, qui a sévi pendant une vingtaine d'années.

Les victimes ont été traitées tels du bétail ou des esclaves, a déclaré le juge René de la Sablonnière, la gorge nouée et visiblement ému. Ce dernier a dû interrompre sa lecture du verdict à quelques reprises.

Le juge avait reconnu Rodrigue coupable de 47 chefs d'accusation en avril dernier, au terme de son procès tenu à l'automne 2017.

Rodrigue s'était défendu en avouant certains gestes, mais en tentant de les minimiser.

Avant de quitter la salle d’audience jeudi, le « tyran » a fixé les victimes en joignant ses mains pour faire un signe de cœur en leur direction.

Violée à la pointe d'un couteau

Concernant une adolescente qui a été violée à la pointe d'un couteau, Rodrigue avait affirmé que la victime avait amorcé les rapports sexuels et que son couteau était tombé de ses poches au moment de retirer ses vêtements.

Il a également frappé des enfants à de nombreuses reprises à coups de ceinture, de marteau, de cravache ou de morceaux de bois.

Et c'est sans compter les fois où Rodrigue a menacé des victimes avec une arme à feu, en plus de tirer en leur direction pour les effrayer.

L'avocat du « bourreau » s'était opposé à ce que Rodrigue soit déclaré délinquant à contrôler et suggérait une peine de six ans de détention.

Rodrigue est incarcéré depuis son arrestation, il y a trois ans. En raison de la détention préventive, il lui reste 18 ans et demi à purger.

Le juge de la Sablonnière a ordonné que Rodrigue ne soit admissible à une libération conditionnelle qu'à la moitié de sa peine.

Il sera déclaré délinquant à contrôler pour une période de 10 ans à partir du moment où sa sentence prendra fin. Rodrigue sera également inscrit au registre des délinquants sexuels à perpétuité.

ANIMATION : des cas de bourreaux tristement célèbres

La Couronne satisfaite

La sévérité de la sentence est à la hauteur des crimes commis, selon l'avocat de la Couronne, Me Nicolas Champoux.

La lourdeur des accusations, le nombre significatif de victimes, les atrocités qu'elles ont vécues, le manque d'empathie de l'accusé, la longue période sur laquelle se sont échelonnés les délits; il n'y avait peu de facteurs pour ne pas dire aucun facteur considéré par le juge comme facteur atténuant, a-t-il commenté.

Tout au long des procédures, Me Champoux a salué la patience des victimes. Il s'est écoulé 29 mois entre la dénonciation et le verdict de culpabilité rendu en avril.

Procès et poursuites

Justice et faits divers