•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pluie de réactions à la suite du départ d'Amanda Simard du caucus conservateur

Le reportage de Valérie-Micaela Bain
Radio-Canada

L'annonce du départ de la députée progressiste-conservatrice Amanda Simard du caucus du Parti conservateur, jeudi matin, a provoqué un séisme dans la classe politique ontarienne, mais a toutefois suscité beaucoup d'espoir pour la mobilisation des Franco-Ontariens.

La députée franco-ontarienne de Glengarry-Prescott-Russell, qui a critiqué sévèrement les coupes de son gouvernement en francophonie, allant même jusqu'à voter mercredi en faveur d'une motion du NPD contre ces compressions, siégera dorénavant comme indépendante.

Pour le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, cette annonce souligne que les députés ont encore une voix.

Je trouve remarquable que des députés qui ont encore des principes, qu’ils puissent poser des gestes comme celui-là. Ça envoie le message d’une démocratie saine, a-t-il ajouté.

Correction :

Une version précédente du texte indiquait que Jean-Marc Lalonde a été député de 1999 à 2011. Il a plutôt été membre de l'Assemblée législative de l'Ontario de 1995 à 2011.

Et en ce qui concerne le gouvernement de Doug Ford, ça envoie un message de déception par rapport aux mesures qui ont été prises le 15 novembre, selon M. Boileau.

Un homme devant les drapeaux du Canada et de l'Ontario.Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau. (Archives) Photo : Radio-Canada / Cedric Lizotte

J'ai été très surprise [...] et déçue que M. Ford l'ait laissée partir. Je pense que la communauté francophone va continuer à se rallier et puis, on va encourager Mme Simard à continuer son travail au nom de la population francophone, a réagi la mairesse sortante de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, en entrevue à Radio-Canada.

La mairesse d'Hawkesbury devant un centre commercial. (Archives)Jeanne Charlebois, mairesse sortante d'Hawkesbury. (Archives) Photo : Radio-Canada

La manière dont ça a été annoncé, sans consultation auprès de Mme Simard, c'est un gros manque de respect de la part de M. Ford et de son entourage. On aurait aussi dû consulter l'Association francophone de l'Ontario, l'AFO, ainsi que les personnages qui représentent la communauté franco-ontarienne, a-t-elle ajouté.

Député libéral de la circonscription de 1995 à 2011, Jean-Marc Lalonde n’est pas surpris de la décision d’Amanda Simard. Il aurait toutefois préféré qu’elle demeure au sein du caucus progressiste-conservateur.

Elle était la seule Franco-Ontarienne qui pouvait défendre la cause de la francophonie, et le gouvernement Ford est là pour au moins un autre quatre ans, a mentionné Jean-Marc Lalonde, ancien député libéral de Glengarry-Prescott-Russell.

Jean-Marc Lalonde au microphone de Radio-CanadaJean-Marc Lalonde, ancien député provincial de Glengarry-Prescott-Russell. (Archives) Photo : Radio-Canada

M. Lalonde a néanmoins bon espoir de voir la députée actuelle monter aux barricades pour les Franco-Ontariens : Connaissant Amanda, elle va continuer à foncer afin d’obtenir la juste part pour les francophones de l’Ontario.

Une « décision courageuse »

Pour sa part, la députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, trouve cette décision courageuse.

Je pense que c'est une décision courageuse. Elle était vraiment très isolée, ses collègues ne l'ont pas soutenue.

Nathalie Des Rosiers

Mme Des Rosiers croit que la porte du Parti libéral lui est ouverte.

La porte est ouverte, je pense qu'on va lui parler, mais on veut respecter ses choix à elle. C'est sa décision. Elle doit faire ses calculs politiques. Je pense qu'elle a déjà démontré beaucoup de courage et on verra ce qu'elle décide, a expliqué Nathalie Des Rosiers.

La députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des RosiersLa députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers. (Archives) Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Présidente de l'Association des communautés francophones d'Ottawa, Soukaina Boutiyeb estime que Mme Simard a fait preuve de beaucoup de courage.

C'est une femme qui tient à ses principes. De prendre des prises de position à l'encontre de son parti par question de principes, c'est rare de voir ça.

Soukaina Boutiyeb

« Ce n'est pas une surprise, [...] c'est tout à son honneur et on l'encourage à continuer à représenter sa circonscription », a souligné Mme Boutiyeb.

Soukaina Boutiyeb, présidente du C. A. de l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO).Soukaina Boutiyeb, présidente du C. A. de l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO). Photo : Radio-Canada / Vanessa Costa

Il s'agit d'une personne de convictions et il lui appartient de gérer son avenir politique comme elle l'entend. Nous la remercions d'être une alliée de la francophone ontarienne, a déclaré l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) par voie de communiqué.

Des résidents d'Embrun ont aussi salué le travail d'Amanda Simard.

Avec les dernières semaines, ce qu’elle disait, c’est tout à fait conséquent avec sa pensée. En même temps, elle a perdu sa voix face au gouvernement. D’un autre côté, il faut être conséquent et c’est clair que le gouvernement Ford ne va pas dans le sens de l’aide aux francophones, alors je peux comprendre qu’à un moment donné, on a envie de claquer la porte, a commenté Éric Harvey-Girard.

Je crois que c'est bien, elle est vraiment audacieuse et elle travaille dur pour notre comté. Je crois qu'elle aura autant d'influence comme indépendante qu'alors qu'elle était dans le caucus progressiste-conservateur, parce qu'il y a des limites à l'influence qu'on peut avoir sur Doug Ford. Elle pourra être à l'aise de dire non dorénavant, a soutenu Vicky McCullough.

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale