•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontre entre les Innus d'Essipit et François Legault

Deux éoliennes.
Les communautés innues sont partenaires du projet Apuiat avec la compagnie Boralex. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le premier ministre François Legault rencontre le chef de la communauté innue d'Essipit, Martin Dufour, jeudi.

Les discussions doivent tourner autour du dossier Apuiat, ce parc éolien qui pourrait se développer au nord de Port-Cartier. Martin Dufour a indiqué que cette rencontre avec le premier ministre ne devrait pas être considérée comme celle de la dernière chance dans ce dossier.

On veut prendre encore du temps, je pense, avec le gouvernement actuel pour lui expliquer comme il faut le projet.

Martin Dufour, chef d'Essipit

L’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) demande au premier ministre d’aller de l’avant avec le projet, estimé à 600 millions de dollars.

De son côté, en réponse au discours d’ouverture du premier ministre François Legault, mercredi, le chef de l’APNQL, Ghislain Picard, a affirmé que le dossier Apuiat mérite une attention particulière de la part du gouvernement.

Il y a des dossiers qui sont loin d’être résolus et, pour nous, ce sont des dossiers qui méritent l’attention du gouvernement, a-t-il soulevé.

Cher au gouvernement Couillard, le sort du dossier Apuiat est devenu incertain avec l’élection du gouvernement Legault. De passage sur le plateau de l’émission 24/60, le président-directeur général d’Hydro Québec, Éric Martel, avait affirmé que le projet éolien n’était pas nécessaire et qu’Hydro-Québec dispose des ressources nécessaires en eau pour alimenter ses barrages et répondre à la demande. Porte-parole du dossier, Martin Dufour avait alors accusé le PDG de torpiller le projet sur la place publique.

Réactions des porte-parole de l’opposition

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'affaires autochtones à l’Assemblée nationale du Québec, David Birnbaum, demande à ce que le dossier se règle une fois pour toutes. On veut voir l’action aujourd’hui, on parle d’un projet rentable, qui fait l’affaire des communautés autochtones, a-t-il rapporté. De son côté, le Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie et de ressources naturelles, Saul Polo, estime qu’il s’agit d’un projet sur lequel les communautés autochtones ont collaboré depuis plusieurs années et ils sont en droit de voir que ce projet-là puisse avancer.

De son côté, la députée du Parti Québécois dans Joliette, Véronique Hivon, pense que le gouvernement devrait revoir sa position dans ce dossier. C’est un projet qui est légitime, qui est souhaité par la communauté et qui a énormément d’appui, conclut-elle.

Côte-Nord

Politique provinciale