•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington envisage une hausse des droits de douane sur l'automobile chinoise

Une usine de fabrication de voitures en Chine.
Engagés dans une guerre commerciale, les États-Unis et la Chine se sont mutuellement imposé plusieurs trains de droits de douane. Photo: Reuters / Carlos Barria
Reuters

Le secrétaire américain au Commerce, Robert Lighthizer, a dit mercredi étudier les moyens à sa disposition pour relever les droits de douane imposés par les États-Unis sur les importations d'automobiles chinoises, à hauteur des tarifs douaniers instaurés par la Chine sur les véhicules américains importés.

Dans un communiqué, Robert Lighthizer a déclaré agir sur instruction du président Donald Trump et a critiqué les droits de douane « monstrueux », à hauteur de 40 %, imposés par Pékin sur les importations d'automobiles américaines.

Engagés dans une guerre commerciale, les États-Unis et la Chine se sont mutuellement imposé plusieurs trains de droits de douane.

Washington a ajouté 25 % de taxes sur les importations d'automobiles chinoises aux 2,5 % prélevés jusque-là, et Pékin a fait de même pour porter à 40 % les tarifs imposés sur les importations de voitures américaines.

Cette annonce de Robert Lighthizer survient au moment où Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping doivent s'entretenir en fin de semaine, en marge du Sommet du G20 à Buenos Aires, pour tenter d'avancer vers une issue au conflit commercial entre les deux pays.

Washington, « déçu » par les réponses de Pékin sur le commerce, est ouvert à la conclusion d'un accord, mais prêt à relever les droits de douane sur les importations chinoises s'il n'y a pas d'avancée pendant cet entretien, a déclaré mardi le conseiller économique de la Maison-Blanche, Larry Kudlow.

Plus tôt dans la journée de mercredi, Donald Trump a annoncé que des droits de douane étaient « à l'étude » dans le secteur automobile, car de telles taxes auraient permis à General Motors d'éviter de fermer des usines aux États-Unis.

Commerce

International