•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caroline Mulroney accuse les médias de déformer la réalité

La ministre déléguée aux Affaires francophones Caroline Mulroney en mêlée de presse

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, assure que son gouvernement n'a pas abandonné le projet d'Université de l'Ontario français et accuse les médias de ne pas bien rapporter les faits.

Un texte de Claudine Brulé

Nous n'avons pas aboli le plan de l'université, quelque chose qui est répété constamment dans les médias, a déclaré la ministre. Nous n'avons pas aboli ce plan, nous continuons à travailler sur ce plan.

Un texte surligné en jaune.

Le document spécifie que le projet est annulé.

Photo : Radio-Canada

Pourtant, le texte de l'énoncé économique du 15 novembre est clair et contredit les propos de la ministre.

Un examen plus détaillé de la situation financière de la province a amené le gouvernement à annuler le plan de création d'une nouvelle université de langue française.

Extrait de : « Un plan pour l'Ontario, Perspectives économiques et revue financière de l'Ontario 2018 »

Questionnée sur ses propos à l'Assemblée législative mercredi, Caroline Mulroney a expliqué que c'était le projet d'ouvrir l'Université à l'automne 2020 qui avait été annulé.

Elle maintient que le projet d'université de langue française existe toujours, mais sans donner d'échéancier.

En entrevue avec Le Droit au lendemain de l'énoncé économique, Mme Mulroney remettait pourtant en question la validité même du projet.

Le projet de l’Université de l’Ontario français, c’est une question de voir si c’est le bon projet, disait-elle. C’est un travail qu’on peut continuer, mais il faut vraiment regarder le programme et s’assurer qu’il répond aux besoins des Franco-Ontariens.

La ministre n'a pas précisé, depuis, quels programmes une université francophone à Toronto devrait offrir, selon elle.

Toronto

Politique provinciale