•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des poursuites pour blanchiment d'argent sont suspendues

Un homme répond aux questions des journalistes devant trois drapeaux de la Colombie-Britannique.

Le procureur général de la Colombie-Britannique, David Eby, dit avoir appris la nouvelle par la presse.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des personnes poursuivies pour le montage de blanchiment d'argent de la drogue en Colombie-Britannique ont vu leur mise en accusation ajournée.

Mercredi matin, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a publié un communiqué confirmant que le Service des poursuites pénales du Canada avait suspendu les accusations la semaine dernière.

Le dossier d’accusation ne répondait pas aux deux critères nécessaires à la décision de poursuivre, a expliqué la porte-parole du Service des poursuites pénales, Nathalie Houle :

  1. Existe-t-il une perspective raisonnable de condamnation en fonction de la preuve qui sera probablement présentée au procès? Si tel est le cas,
  2. Une telle poursuite serait-elle dans l’intérêt public?

Les accusations ont été suspendues pour diverses raisons qui sont apparues au cours de la constitution du dossier

Sergente Marie Damian, GRC

L’acte d’accusation portait sur la prétendue constitution d'une banque non déclarée servant au blanchiment d'argent de la drogue par le biais de prêts à des investisseurs immobiliers et des joueurs dans les casinos. Cinq motifs avaient été retenus, dont celui de recyclage des produits de la criminalité et la non-tenue de registres comptables.

Les accusations faisaient suite à une enquête fédérale lancée en 2015 et intitulée e-Pirate. À l’automne 2017, l’entreprise Silver International Investments Ltd., Caixuan Qin et Jain Jun Zhu avaient été formellement accusés. Le procès devait se tenir en janvier 2019.

Comprendre ce qui n’a pas fonctionné

Le procureur général de la Colombie-Britannique, David Eby, s’est dit déçu de la décision. Il n’a pas voulu blâmer les services fédéraux, mais il a déclaré qu’il faudrait faire la lumière sur ce qui n’avait pas fonctionné.

David Eby a reconnu qu’il avait appris la nouvelle par la presse mais qu’il comptait sur une réunion avec son homologue fédéral pour en savoir plus. Il a aussi appelé à une meilleure coopération entre la province et le fédéral dans la lutte contre le blanchiment d’argent.

Les personnes accusées ou leurs avocats n’ont pas pu être joints pour commenter la décision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !