•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rêve éveillé de la boxeuse Marie-Ève Dicaire

La championne du monde IBF Chris Namus affrontera l'aspirante obligatoire Marie-Ève Dicaire samedi au Centre Vidéotron de Québec

La championne du monde IBF Chris Namus affrontera l'aspirante obligatoire Marie-Ève Dicaire samedi au Centre Vidéotron de Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Marie-Eve Dicaire va tenter de devenir la première Québécoise à remporter un titre de championnat du monde de boxe féminine samedi au Centre Vidéotron de Québec.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Invaincue en 13 combats, la boxeuse de Saint-Eustache affrontera l'Uruguayenne Christiana Namus (24-4-0, 8 K.-O.) pour la ceinture des supers mi-moyens de la Fédération internationale de boxe (IBF), en sous-carte du combat Stevenson-Gvozdyk.

Non seulement ce duel est une grande occasion de briller sur la scène internationale, pour cette ancienne championne du monde de karaté, c’est le cadeau d’une vie.

« Toute ma vie, j’ai travaillé fort et repoussé les limites. On m’a dit: “Marie-Eve, tu n’y arriveras pas, ça ne se peut pas”. J’y arrive finalement, ici, chez moi. Qu’est-ce que je voudrais de plus? »

Ascension rapide

Marie-Eve Dicaire l’avoue : sa vie se passe à 100 miles à l’heure.

La boxeuse Marie-Ève Dicaire dans un ring contre une adversaire, de dos sur la photo.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La boxeuse Marie-Ève Dicaire lors d'un combat à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Ce n’est pas un hasard si ce combat de championnat du monde se présente à elle à peine trois ans après ses débuts chez les professionnelles.

« Oui, l’ascension a été rapide, dit-elle. Le bassin de femmes en boxe est plus petit et ça nous a servi, mais Yvon [Michel] nous a donné les moyens d’accomplir ce qu’on voulait faire. Il nous donnait un défi, on était prêt et on passait au suivant. C’est nous qui avons demandé beaucoup de combats comme ça. »

Aujourd’hui, à mon 14e combat, j’ai vu tout ce que j’avais à voir et je suis prête pour ce gros combat-là.

Marie-Ève Dicaire, aspirante au titre des supers mi-moyens, IBF

Le camp le plus difficile

Si elle se sent prête, c’est qu’elle vient de compléter avec son entraîneur Stéphane Harnois, un camp d’entraînement de 15 semaines durant lequel elle s'est offert plus de 120 rondes avec différents partenaires d’entraînement.

« Je vous confirme que ç’a été le camp d’entraînement le plus dur de toute ma vie. Mais aujourd’hui, je peux vous dire que je suis dangereusement en forme et je suis en pleine possession de mes moyens. »

« Marie-Eve a fait un travail extraordinaire ces trois derniers mois, souligne son entraîneur. On l’a amené à son top. On pensait qu’elle y était déjà, mais non, on l’a repoussé un petit peu plus haut. »

Peu importe le résultat, il n’y aura pas de regret pour ce combat-là. Je suis à peu près sûr à 200 % que Marie-Ève a toutes les qualités pour remporter ce combat-là. Stéphane Harnois

Stéphane Harnois, entraîneur de Marie-Ève Dicaire

Franchir une barrière

Étant donné l’enjeu, ce combat aura sans doute une incidence sur la carrière de Marie-Ève Dicaire comme il en aura une sur le monde de la boxe féminine au Québec, selon elle.

« D’avoir un combat de championnat du monde, sur une carte comme ça, comme dernier événement de la soirée, au Centre Vidéotron, on n’aurait jamais pu penser cela possible il y a deux ans. C’est déjà une grosse barrière qui est franchie. »

Dicaire estime que les spectateurs peu familiers avec le volet féminin pourront apprécier pleinement les qualités des deux rivales et du même coup, défaire quelques mythes.

« Autrefois, on pouvait penser que les boxeuses avaient une technique douteuse, mais maintenant, on est entraînées comme de vraies athlètes. Ça va ouvrir les yeux à plusieurs. »

Je pense que les gens vont changer leur pensée. Et s’ils ne veulent pas changer, ils passent à côté d’une belle découverte parce que la boxe féminine, c’est un très beau sport.

Marie-Ève Dicaire, boxeuse professionnelle

À lire aussi :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !