•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enfant abandonne le hockey à la suite de pressions de parents

Un enfant jouant au hockey

Un jeune enfant joue au hockey.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mère d'une gardienne de but de 8 ans dénonce la pression exercée par certains parents sur sa fille, qui n'offrait pas de bonnes performances dans son équipe de hockey. Pressée par ces parents d'agir, l'organisation des Sieurs de Longueuil a choisi de retirer temporairement la gardienne, qui a depuis cessé de jouer.

Un texte de Dominic Brassard

Kathleen l'avoue candidement, sa fille n'est pas douée dans les buts : « Elle a un peu un déficit d'attention. Elle est sur la glace pour le plaisir, pour s'amuser. » L'enfant, dont nous tairons le nom à la demande des parents, désirait suivre les traces de ses frères qui pratiquent ce sport depuis des années.

Mais son arrivée chez les Atome C – la catégorie pourtant la moins compétitive – n'a pas été de tout repos. Même s'il s'agit d'un niveau récréatif, Kathleen dit que l'ambiance s'est vite dégradée lorsque des parents ont réclamé le retrait de la gardienne de but.

« Les gens ont dit qu'elle n'était pas capable de finir un match, qu'elle n'était pas bonne », explique la mère. « Puis les parents ont commencé à faire des plaintes au niveau de l'association », poursuit-elle.

Pour le président des Sieurs de Longueuil, Richard Teoli, il fallait agir pour protéger la jeune fille et éviter qu'elle se fasse intimider. « J'ai demandé une rencontre avec la mère pour essayer de lui expliquer que ça faisait beaucoup de pression sur tout le monde », raconte-t-il.

Richard Teoli a offert à la gardienne de jouer à une autre position, ce qu'a refusé la fillette de 8 ans, qui souhaitait à tout prix demeurer dans les buts. Le président de l'organisation a finalement choisi de la retirer temporairement du jeu afin qu'elle suive des cours. Il lui offrait de revenir plus tard cet hiver, lorsqu'elle serait en mesure de démontrer qu'elle a fait des progrès.

MISE À JOUR - 30 NOVEMBRE

Un entraîneur du Novice B a offert une place dans son équipe à la jeune gardienne de but. Elle commencera à y jouer dans les prochains jours.

Beaucoup d'accent sur la performance

Kathleen a plutôt choisi de retirer sa fille de l'équipe. Pour elle, une telle décision équivaut à donner raison aux parents qui se plaignent des performances de sa fille: « Je l'ai vécu horriblement. Je me suis roulée en boule quelquefois. Puis en même temps, je suis indignée », dit-elle.

Pour elle, le hockey, même dans un niveau C, est un sport beaucoup trop axé sur la performance. « Ça prend des proportions démesurées, affirme la mère. On ne laisse pas de place à juste avoir du plaisir. On veut juste développer des joueurs. »

Elle affirme avoir cherché en vain d'autres ligues de hockey pour enfants, moins compétitives. « J'ai essayé de trouver une équipe de filles, affirme Kathleen, mais il n'y en a pas. J'ai vraiment essayé de trouver autre chose. »

L'entraîneur de gardiens de but Marc-André Perron a tenté de venir en aide à la jeune gardienne. Il juge que la pression de la performance imposée par certains parents est exagérée, surtout dans une catégorie C.

Cette situation-là, elle est très très très embarrassante pour moi, parce que je considère que ce niveau-là est un niveau récréatif. On demande aux enfants de vraiment s'amuser. Il ne devrait même pas avoir de score au tableau.

Marc-André Perron, entraîneur de gardiens

Selon lui, la jeune gardienne de but n'aura d'autre choix que de se tourner vers des ligues privées, peu nombreuses dans le Grand Montréal. Mais pour Marc-André Perron, « c'est sûr que ça devient difficile de trouver des matchs de ce niveau, bien organisés ».

Cela dit, l'entraîneur déplore le fait qu'un enfant, moins doué certes, mais qui souhaite bouger, se retrouve ainsi à la maison.

« C'est un enfant qui est victime dans cette situation-là, explique-t-il. C'est la conclusion qui me dérange un peu. C'est une petite fille de 8 ans et c'est son sport qu'elle aime. Je trouve ça triste. »

De son côté, Hockey Québec n'a pas voulu commenter le dossier pour le moment. Par courriel, l'organisation dit d'abord vouloir comprendre ce qui s'est passé. Elle ajoute vouloir analyser toutes les options possibles afin de faire en sorte que la jeune joueuse puisse retourner jouer au hockey dès que possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !