•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amanda Simard se range derrière le NPD

Une femme.
La députée Amanda Simard Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La députée progressiste-conservatrice Amanda Simard se range derrière une motion néo-démocrate qui demande au gouvernement Ford d'annuler les compressions faites aux services en français. Le premier ministre Doug Ford dit avoir tenté de parler à Mme Simard à plusieurs reprises. Il appuie toujours sa députée, mais pas sa position sur la question.

La voix nouée, la députée Amanda Simard a affirmé en Chambre qu’elle allait appuyer une motion du NPD et que son gouvernement n’avait pas respecté son engagement envers les francophones.

Si l’on continue ainsi, il ne restera pas grand-chose dans quelques années, a-t-elle dit sous les applaudissements de l’opposition.

Pour l’université franco-ontarienne, c’était une promesse faite, une promesse réitérée et une promesse brisée.

Amanda Simard, députée de Glengarry—Prescott—Russell

La députée Simard a martelé qu’elle avait soutenu la cause des Franco-Ontariens pour sauver l’Hôpital Montfort il y a 20 ans et que cet épisode démontrait que les « acquis francophones sont fragiles ».

Sa prise de position a été applaudie par la députée néo-démocrate France Gélinas.

Je veux remercier le courage de la députée de Glengarry–Prescott–Russell, a-t-elle lancé.

Appelé à se prononcer sur le sort de sa députée, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, dit ne pas être « OK » avec sa position.

M. Ford dit avoir tenté de contacter sa députée à plusieurs reprises. M. Ford affirme que Mme Simard n’avait pas rappelé son bureau. Une affirmation contredite par Mme Simard.

Doug Ford au podium.Doug Ford salue la passion des francophones. Photo : Radio-Canada

Elle a décidé de ne pas s'asseoir avec nous et elle ne nous a pas rappelés, a-t-il dit en conférence de presse.

Le premier ministre Ford a martelé que son gouvernement n'a pas commis d'erreur en proposant les changements aux services en français et que les propositions qu'il a faites à la communauté vendredi dernier ont été bien accueillies.

J'adore les Franco-Ontariens, ils sont comme moi, pleins de passion, a-t-il affirmé.

Contre son parti

Amanda Simard a voté contre son gouvernement lors de la deuxième lecture du projet de loi 57 où l’on propose l’intégration du Commissariat aux services en français au sein du bureau de l’ombudsman et la fin du financement de l’Université de l’Ontario français.

Par ailleurs, la motion du NPD a été rejetée : 63 députés ont voté contre cette dernière, alors que 44 se sont prononcés en sa faveur.

Le vote d’Amanda Simard n’a toutefois pas été comptabilisé, puisque cette dernière ne s’est pas levée à temps.

Un retour en arrière, dit le NPD

Le NPD, qui demandait au gouvernement de faire machine arrière, a dénoncé à Queen’s Park les décisions du gouvernement qui touchent la francophonie.

Les francophones ont le droit d’être éduqués et recevoir des services dans leur langue, a soutenu Mme Horwath.

Nous avons un premier ministre qui a fait lire un discours du Trône sans y inclure un seul mot en français ou sans y inclure les priorités des Franco-Ontariens.

Andrea Horwath, chef de l’opposition officielle à Queen’s Park

Il n’y a eu aucun avertissement et aucune consultation, a-t-elle aussi déploré.

Le député néo-démocrate de Mushkegowuk—Baie James, Guy Bourgouin, a également défendu la motion déposée par son parti.

L’avenir appartient à ceux qui luttent et c’est ce que nous allons faire pour nos droits et nos institutions, a-t-il lancé en Chambre Guy Bourgouin.

Blâmer les libéraux

Gila Martow, députée progressiste-conservatrice de la circonscription de Thornhill, blâme le gouvernement libéral pour les décisions prises par le premier ministre Doug Ford.

Selon elle, les libéraux ne peuvent pas se dire les défenseurs des Franco-Ontariens alors qu’ils ont retardé le projet de l’Université de l’Ontario français.

Elle estime qu’il « faut trouver des moyens de travailler ensemble » pour augmenter l’offre de service dans les institutions bilingues.

Elle a suggéré que plus d’espaces, comme des cafés ou des lieux de rencontre, soient créés à Toronto pour permettre des discussions et apprendre le français.

Jeremy Roberts, député d’Ottawa-Ouest—Nepean, a utilisé son temps de parole pour souligner l’importance du français pour lui.

Il a également défendu la décision de son gouvernement de créer un poste de commissaire aux services en français au sein du bureau de l’ombudsman.

Toronto

Politique provinciale