•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les miniatures : une exposition qui voyage, à nouveau

Des œuvres sont accrochées aux murs. D'autres œuvres sont présentées sur une table.
Exposition « Les miniatures » au CAVA 2018 Photo: Radio-Canada / Lyssia Baldini
Radio-Canada

Le Centre d'arts visuels de l'Alberta (CAVA) et la Maison des artistes visuels francophones de Winnipeg offrent pour la deuxième année un programme d'échange d'œuvres sous forme de miniatures.

Un texte de Valécia Pépin

Cet échange interprovincial est une initiative du CAVA. L’organisme a lancé un appel aux organisations artistiques des provinces de l’Ouest, dans l’espoir de créer des collaborations.

La Maison des artistes visuels francophones de Winnipeg à répondu présente à l'invitation. L’expérience a été un succès.

Cela permet de voir de l’art venant de l'extérieur de la province, d’autres francophones, et vice versa, ajoute Em Lamache, directeur adjoint du CAVA.

Des œuvres sont présentées sur une table.Exposition de Miniatures du CAVA 2018 Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

L’échange se poursuit

Tous les styles sont acceptés. Une seule règle est à respecter : des créations pas plus grandes que 25,4 centimètres carrés.

La variété d’arts, de styles et de médias artistiques rend cette exposition unique. On y retrouve des formes d’arts telles que l'encaustique, l’encre, la photographie, l’aquarelle et l'acrylique. Il y a également des artisans qui proposent des tissages, des tricots, des icônes, du chocolat à l’orange et des bijoux, entre autres.

Des œuvres sont exposées au mur
Exposition de Miniatures de l'artiste Rhéa Plouffe Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Les artistes ont la liberté de produire le nombre d’œuvres qu’ils souhaitent, pourvu qu’ils respectent les dimensions établies.

Ce genre d’exposition amène une variété d’œuvres abordables. Ce qui permet à la communauté de soutenir les artistes francophones, selon Em Lamache.

Il précise que c’est une vitrine qui donne l’occasion d’offrir quelque chose qui provient de la communauté à un être cher, en prévision du temps des Fêtes.

Tout part d’un fil

Hélène Giguère, tisserande, fait partie des artisans cette année. Elle crée des foulards, des décorations de Noël, des linges à vaisselle et des tapis...

Ces œuvres mesurent habituellement plusieurs mètres, ce qui ajoute au défi de la création de miniatures.

Son inspiration lui vient souvent après avoir choisi des fibres qui lui plaisent.

Des sapins rouges et verts de Noël tissés, en gros plan. Créations de la tisserande Hélène Giguère, pour l'exposition de Miniatures du CAVA Photo : Courtoisie de Hélène Giguère

Chaque création commence avec un fil, dit Hélène Giguère, qui recycle des fibres telles que du coton, du lyocell ou du bambou, qu’elle trouve dans des magasins de seconde main.

À partir de là, tu te dis : OK, j’ai des fils brillants, où est-ce que ça pourrait être utilisé?

Hélène Giguère, tisserande

La réalisation de ses œuvres lui prend en moyenne deux à trois heures. Cela ne comprend pas le temps qu’il lui faut pour préparer le métier à tisser ou les produits, comme dans le cas de linge à vaisselle qu'elle doit coudre, laver et repasser avant la mise en vente.

La tisserande est une habituée des marchés publics. Les gens lui demandent souvent où elle achète ses produits.

Les gens pensent qu’on achète outre-mer, pour revendre ici. Ils ne réalisent pas que c’est fait à la main, souligne-t-elle.

Des clochettes sont présentées dans des sacs en tissuExposition de Miniatures de l'artiste Hélène Giguère Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Sa passion pour le tissage lui vient de sa mère qui excellait en broderie. Elle a commencé, en 2016, son perfectionnement au Edmonton Weaver’s Guild, qui était le seul établissement de la province à offrir des cours de tissage, à l’époque.

Hélène Giguère explique qu’elle faisait la route de Fort-McMurray à Edmonton aller-retour pour assister à son cours de deux heures.

L’artiste attend avec impatience la conférence de l’Ouest de tissage à Prince George, en Colombie-Britannique, en juin 2019. Elle espère y rencontrer des membres des Tisserandes de Saint-Isidore, qui possèdent de grands métiers à tisser, comme ceux qu’on retrouve au Québec.

L'exposition Les miniatures est présentée au CAVA et à la Maison des artistes visuels francophones de Winnipeg jusqu'au 22 décembre.

Alberta

Arts visuels