•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3e lien : Legault veut démanteler les pylônes d’Hydro-Québec à l’île d’Orléans

Les lignes de transmission d’Hydro-Québec photographiées depuis la Rive-Nord du fleuve Saint-Laurent, à Québec. On aperçoit, au loin, l’île d’Orléans et la Rive-Sud. La photographie a été prise en hiver.

Trois lignes de transmission d’Hydro-Québec traversent l’île d’Orléans.

Photo : Radio-Canada / Gaetan Bergeron

Radio-Canada

Le gouvernement caquiste pourrait profiter des travaux de construction du troisième lien entre Québec et Lévis pour démanteler les pylônes électriques qui traversent l'île d'Orléans.

Un texte de Louis Gagné

Le premier ministre François Legault a évoqué cette possibilité, mercredi, lors de son discours d’ouverture à l’Assemblée nationale.

« Loin de vouloir défigurer l’île d’Orléans, on peut même imaginer démanteler les pylônes d’Hydro-Québec qui gâchent le paysage et faire passer les câbles électriques par le troisième lien », a déclaré le chef du gouvernement.

Il n’a pas précisé si l’intégration des câbles au troisième lien impliquait forcément la construction d’une infrastructure sous le fleuve Saint-Laurent.

Une projection du tunnel entre Lévis et Québec

Une projection du tunnel entre Lévis et Québec

Photo : Graph-Synergie

Défi technique

Un tel scénario représenterait un défi de taille pour les équipes d’Hydro-Québec, qui n’ont jamais enfoui de lignes de 735 000 volts, comme celles qui traversent l’île d’Orléans.

La société d’État a l’intention de donner suite à la demande du premier ministre. Elle étudiera la faisabilité du projet et présentera les conclusions de ses analyses au gouvernement.

« On parle d’un défi technique, mais comme vous le savez, à Hydro-Québec, on a énormément d’expertise. On a un centre de recherche de calibre mondial et nous sommes les inventeurs du 735 000 volts. Cette expertise-là peut être mise à profit de bien des projets », a indiqué le porte-parole Maxence Huard-Lefebvre.

L’exemple de Grondines

Hydro-Québec a déjà fait passer des câbles sous le fleuve Saint-Laurent, entre Grondines et Lotbinière. Il s’agit toutefois d’une ligne de transmission de 450 000 volts acheminant du courant continu.

Maxence Huard-Lefebvre affirme que les critères et les contraintes liés à l’enfouissement des câbles transportant du courant continu ne sont pas les mêmes que ceux des lignes acheminant du courant alternatif.

L'intérieur du tunnel Grondines-Lotbinière

L'intérieur du tunnel Grondines-Lotbinière

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

François Legault a également réitéré son intention de raccorder le troisième lien au futur tramway de Québec en plus d’ajouter une connexion sur la Rive-Sud du fleuve Saint-Laurent.

« Embellir le paysage »

Le premier ministre a déploré que des opposants au projet d’infrastructure aient décidé d’en faire « un symbole idéologique et anti-environnement », alors qu’il en va tout autrement selon lui.

« Le troisième lien va permettre de compléter le projet de transport collectif structurant de Québec et de réduire la congestion sur la Rive-Sud et le kilométrage parcouru par les camions de marchandises », a-t-il fait valoir.

François Legault a vanté le troisième lien comme étant « un projet de développement durable » qui « permettra d’embellir le paysage ».

Les trois lignes d’Hydro-Québec photographiées en hiver à Beaumont, sur la Rive-Sud du fleuve Saint-Laurent.

Les lignes de transmission d’Hydro-Québec traversent également le territoire de la municipalité de Beaumont, sur la Rive-Sud.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Réaction sur la Rive-Sud

Le maire de Beaumont, David L. Cristopher, affirme que le démantèlement des pylônes serait un atout pour l’environnement. Il préfère toutefois demeurer prudent quant aux chances de voir le projet se réaliser.

« Il faut voir si c’est juste un petit peu de pain ou de sucre qu’ils mettent sur la table puis qu’ils vont enlever. Moi, je veux voir s’ils sont vraiment sérieux pour ça […] Comme on dit, on va donner la chance au coureur », a-t-il commenté.

Avec la collaboration de Nicolas Vigneault et Marc-Antoine Lavoie

Québec

Politique provinciale