•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avocat canadien qui a défendu Edward Snowden forcé à l’exil

Le récit de Frédéric Arnould

Un avocat montréalais basé à Hong Kong depuis 30 ans affirme être victime de représailles à cause de ses liens avec Edward Snowden. Visé par une série de plaintes anonymes au Barreau de Hong Kong et une descente de police à son ancien domicile, Robert Tibbo s'est réfugié en France. Une situation dénoncée par l'organisme Avocats sans frontières.

Un texte d'Alexandre Touchette

Edward Snowden était à Hong Kong en mai 2013 quand il a révélé l'existence d'un système international de surveillance de masse dirigé par les services de renseignements américains. L'avocat canadien Robert Tibbo l'a alors aidé à se cacher en attendant qu’il prenne finalement un avion pour la Russie.

Ce sont des clients de Robert Tibbo, des demandeurs d'asile philippins et sri lankais, qui ont hébergé Snowden dans leurs appartements situés dans un quartier défavorisé de Hong Kong. Des gens qui ont vu une personne qui, comme eux, se retrouvait dans une situation difficile et qui ont accepté volontairement de l’héberger à tour de rôle pendant quelques jours. Cette partie de la saga Snowden qui était demeurée secrète allait toutefois être révélée dans le film d’Oliver Stone en 2016.

Ses clients sont visés

Des gens regroupés devant une caméra.Vanessa Mae Rodel des Philippines, Ajith Pushpakumara du Sri Lanka et Robert Tibbo. Et en 2e ligne : Nadeeka Dilrukshi Noniset son mari Supun Thilina Kellapatha du Sri Lanka, suivi de Supun avec son bébé Dinath. Et les deux enfants en avant sont Keana la fille de Vanessa et Sethumdi, fille de Nadeeka et Supun. Photo : Jayne Russell

Confronté au fait que le gouvernement de Hong Kong allait sans doute éplucher la liste de ses clients pour retrouver ceux qui avaient hébergé le lanceur d’alerte, Robert Tibbo a décidé avec leur accord de rendre leur identité publique avant la sortie du film. Il espérait ainsi que la médiatisation du geste courageux qu’ils avaient posé leur assurerait une certaine protection.

L’attention médiatique internationale envers ceux qui ont alors été surnommés les "Anges gardiens" de Snowden n’a de toute évidence pas été appréciée par les autorités hongkongaises. Des policiers se sont présentés chez les trois familles représentées par Robert Tibbo pour les interroger au sujet du lanceur d’alerte. Ils ont refusé de collaborer à l’enquête des policiers et au bout du compte, ils ont perdu les maigres allocations gouvernementales qui leur permettaient de survivre, étant donné que les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de travailler à Hong Kong.

Depuis 2016, les Anges de Snowden survivent grâce à des dons recueillis par des avocats montréalais qui ont fondé l’organisme For the Refugees qui tente depuis de les faire venir au Canada. Leur demande d’asile à Hong Kong a été refusée en première instance et ils sont maintenant en attente d’une décision en appel, mais les chances d’avoir une réponse positive sont infimes étant donné que seulement 0,5 % des demandes sont acceptées par le département d’Immigration de Hong Kong.

La pression monte

En 2017, la pression s’est accentuée sur l’avocat des "Anges gardiens" de Snowden lorsque des plaintes anonymes ont été déposées contre lui au Barreau de Hong Kong. On lui reproche, entre autres choses, d’avoir mis en danger la sécurité de ses clients en leur demandant d’héberger Snowden et d’avoir tenté de profiter de la publicité qui a découlé de la couverture médiatique internationale qui a entouré cette affaire.

Robert Tibbo a aussi été pris à partie par le Duty Lawyer Services (DSL), le service d’aide juridique qui s’occupe de traiter les demandes d’asile à Hong Kong. Alors qu’il avait un dossier sans tache depuis une quinzaine d’années de pratique, le DSL lui reproche soudainement de causer des délais dans le traitement des dossiers. Le DSL menace de faire pression sur le Barreau de Hong Kong pour qu’il soit retiré de la liste des avocats autorisés à représenter des demandeurs d’asile. En raison de ces plaintes, le DSL a retenu les honoraires d’aide juridique pour près de 1000 heures de travail effectuées par Robert Tibbo.

Pour l’avocat, il est clair que la multiplication des plaintes contre lui constitue des représailles en raison de son implication pour Edward Snowden et l’attention internationale qu’il a attirée sur le traitement des demandeurs d’asile à Hong Kong.

C'est totalement à cause de Snowden; c'est absolument politique; c'est honteux ce que le barreau de Hong Kong a fait.

Robert Tibbo

Par courriel, le vice-président du barreau de Hong Kong, Robert Pang, nie catégoriquement que les plaintes contre Robert Tibbo soient motivées politiquement. Il ajoute qu’il n’est toutefois pas en mesure de révéler le détail des plaintes pour des raisons de confidentialité.

Avocats sans frontières intervient

Inquiété par la multiplication des plaintes contre un avocat qui a consacré une bonne partie de sa pratique à la défense des droits de la personne, Avocat sans frontières Canada a tenté sans succès d’intervenir auprès du Barreau de Hong Kong pour avoir des précisions. L’ONG dénonce le fait que le Barreau a refusé de divulguer la preuve à la base des plaintes anonymes contre Robert Tibbo.

Toutes ces circonstances mises ensemble nous font nous poser des questions. C’est des choses qu'on a vues dans d'autres pays quand on veut limiter la capacité des avocats de représenter leurs clients ou quand on en a contre la cause des clients.

Le directeur général d'Avocats sans frontières Canada, Pascal Paradis

En août 2017, la pression a monté d’un cran quand des policiers ont questionné les Anges gardiens de Snowden au sujet du travail de leur avocat pour voir s’ils pouvaient témoigner contre lui. Deux mois plus tard, des policiers qui étaient à sa recherche se sont présentés à son ancien appartement. C’est alors que Robert Tibbo et sa femme ont commencé à vivre dans la clandestinité pour ensuite quitter définitivement Hong Kong le 30 novembre avec l’aide de représentants d’Avocats sans frontières Canada.

Je suis en exil en raison des actions posées par le gouvernement de Hong Kong. Le fait est que ce gouvernement a ciblé les plus vulnérables ainsi qu’un avocat qui se bat pour les plus vulnérables. Et je crois que ce que le gouvernement de Hong Kong a fait est une disgrâce.

Ronert Tibbo, avocat

Bien que Robert Tibbo tente toujours de représenter ses clients à distance à partir de la France avec l’aide d’un collègue à Hong Kong, la situation des trois familles qui avaient hébergé Edward Snowden en 2013 est plus précaire que jamais.

L’avocat montréalais Guillaume Cliche-Rivard qui travaille au sein de l’équipe de For the Refugees affirme que les trois familles n’ont plus que quelques jours, voire quelques mois tout au plus, avant d’être déportées. Face à cette situation humanitaire urgente, il demande au gouvernement canadien d’accélérer le traitement de leur demande d’asile.

Asie

International