•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les logements vides se font plus rares au Canada

Un panneau qui indique  « à louer » en anglais.

Selon la SCHL, la demande de logements locatifs a augmenté plus rapidement que l'offre.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Le taux d'inoccupation a baissé pour une deuxième année consécutive au Canada, la demande pour les logements locatifs ayant progressé plus rapidement que l'offre, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Dans son rapport annuel sur la question publié mercredi, l'agence fédérale a souligné que le taux d'inoccupation a été de 2,4 % en 2018, alors qu'il était de 3 % l'année dernière.

Selon la SCHL, la demande de logements locatifs a augmenté plus rapidement que l'offre. Elle a constaté que le nombre d'unités occupées avait augmenté de 2,5 % en octobre 2018, comparativement à une croissance de 1,9 % observée le même mois l'année précédente.

L'Ontario, la Colombie-Britannique et le Manitoba ont affiché de légères hausses des taux d'inoccupation, alors que des reculs ont été constatés du côté du Québec, de l'Alberta, de la Saskatchewan et dans les provinces atlantiques.

L'enquête, qui s'intéressait aux logements locatifs et les appartements en copropriété offerts à la location, a révélé que le loyer moyen d'un appartement de deux chambres à coucher avait bondi de 3,5 % d'octobre 2017 à octobre 2018.

Cette augmentation a été supérieure à l'inflation au cours de cette période.

La C.-B. connaît la plus forte croissance du prix des loyers

C'est en Colombie-Britannique que les plus fortes hausses du loyer moyen des appartements de deux chambres ont été observées, puisqu'elle était de 9,4 % à Kelowna. La Saskatchewan, la province où le taux d'inoccupation est le plus élevé, a vu ses loyers diminuer légèrement, soit de 0,5 % à Regina.

En octobre, les locataires de Vancouver devaient débourser le plus mensuellement pour un appartement de deux chambres, soit 1649 $. Toronto arrivait au deuxième rang, à 1467 $ par mois, devant Calgary, où le prix mensuel moyen était de 1272 $.

À l'inverse, Trois-Rivières affichait le loyer mensuel moyen le plus bas en octobre, avec 601 $, suivie de Saguenay, avec 608 $, et de Sherbrooke, avec 639 $.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier