•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Francophonie : les partis fédéraux appellent à maintenir la pression sur le gouvernement Ford

Le reportage de Philippe-Vincent Foisy
Radio-Canada

Un consensus s'est dégagé de la rencontre des chefs de partis fédéraux, mercredi, autour des enjeux liés à la francophonie canadienne : il faut maintenir la pression sur le gouvernement ontarien pour qu'il aille de l'avant avec le projet d'université francophone.

Convoqués par le premier ministre Justin Trudeau, les chefs des partis fédéraux ont unanimement reconnu que le gouvernement fédéral avait un rôle à jouer dans la protection des droits des francophones en milieu minoritaire.

Tenue dans la langue de Molière, la rencontre au sommet entre le premier ministre Trudeau, le chef conservateur Andrew Scheer, le néo-démocrate Jagmeet Singh, Elizabeth May, du Parti vert, et le chef intérimaire du Bloc québécois, Mario Beaulieu, s'est organisée dans la foulée de compressions imposées par le gouvernement progressiste-conservateur de l'Ontario dans des services en français.

Le gouvernement de Doug Ford avait notamment annoncé qu'il abandonnait le projet d'Université de l'Ontario français, avant de reculer, le disant plutôt suspendu jusqu'à ce que la situation financière de la province s'améliore.

La ministre canadienne de la Francophonie et des langues officielles, Mélanie Joly, qui participait elle aussi à la rencontre, a indiqué à l'issue de la réunion que le gouvernement libéral espérait que Queen's Park présente une demande de financement fédéral pour l'établissement universitaire.

Ce qu'on a demandé – et qu’on espère avoir convenu avec tous les chefs de partis – c'est de mettre de la pression sur le gouvernement ontarien pour, essentiellement, qu’il nous présente un projet parce que nous, [...] on va être prêt à l’étudier, à répondre présent, parce qu’on pense que c’est un projet important.

Mélanie Joly, ministre canadienne de la Francophonie et des langues officielles

« Je dirais qu’il y a un soutien important, de la part de tous les chefs de partis en faveur d’une université francophone en Ontario, mais cela nécessite la collaboration de la province », a fait valoir Elizabeth May.

« Quand une province érode significativement la protection des droits de quelque communauté que ce soit, si c’est de compétence provinciale, il y a des limites à ce que le gouvernement fédéral peut faire, a-t-elle illustré, mais il peut augmenter le financement de programmes relevant de sa compétence. »

« Il y a tout un ensemble de moyens [que pourrait mettre en œuvre le fédéral], mais il faut que la volonté vienne du gouvernement de l’Ontario », a renchéri le chef bloquiste par intérim, martelant l'importance de la mobilisation. Un message également lancé par Jagmeet Singh.

Mario Beaulieu a précisé que les fonds pourraient provenir de programmes d’infrastructures fédéraux et que le gouvernement libéral s'était dit prêt à financer le projet à hauteur de 50 %.

Se réjouissant d'une « conversation ouverte », Jagmeet Singh s'est toutefois dit « déçu » de l'absence de propositions concrètes. « Le gouvernement s’est dit ouvert à être un partenaire financier, mais on doit proposer quelque chose de concret pour mettre davantage de pression sur le gouvernement provincial », a-t-il affirmé.

Scheer dénonce la partisanerie

Tous les chefs ont salué la tenue de la rencontre. « C'est la première fois que tous les chefs sont ensemble pour discuter d’un seul enjeu. C'est la première fois que nous sommes ensemble dans le bureau du premier ministre. Pour ça, c’est quelque chose d’historique », a fait valoir Mme May.

Seul chef de l'opposition à ne pas s'adresser aux journalistes à l'issue de la réunion, Andrew Scheer a soutenu dans une déclaration écrite que « les langues officielles représentent un enjeu trop important pour en faire de la politique partisane ».

Juste avant la réunion, le premier ministre libéral a profité de la période de questions en Chambre pour reprocher à son vis-à-vis conservateur de ne pas l'avoir questionné assez promptement « sur cet enjeu important ».

Dans les derniers jours, la ministre Joly a abondamment dénoncé la réaction trop frileuse de la part d'Andrew Scheer dans ce dossier.

Dans sa déclaration, Andrew Scheer a par ailleurs affirmé avoir apporté « des pistes de solution pour supporter davantage les services offerts aux Franco-Ontariens » sans toutefois préciser lesquels. Il n'a pas commenté précisément la question de l'Université de l'Ontario français.

La rencontre entre les cinq chefs a été convoquée après l'envoi d'une lettre par le chef conservateur au bureau du premier ministre, lundi matin, réclamant un tête-à-tête le plus rapidement possible sur ce dossier.

Les conservateurs réclament un plan d'action

Le Parti conservateur a aussi fait adopter, lundi, une motion pour réclamer « un plan » d'ici le 1er décembre.

La motion « demande au premier ministre et à la ministre des Langues officielles d'utiliser leur autorité à l'intérieur de leurs champs de compétences pour développer un plan qui assurera que le gouvernement fédéral travaille en partenariat avec le gouvernement de l'Ontario dans tous les projets qui appuient l'épanouissement des services en français en Ontario ».

Dans une brève déclaration d'ouverture au début de la rencontre, Justin Trudeau a soutenu que son gouvernement avait agi en déposant le Plan d'action 2018-2023 sur les langues officielles en mars dernier.

Le plan est assorti d'un financement de 2,7 milliards de dollars.

Devant le tollé provoqué par ses décisions, le gouvernement progressiste-conservateur à Queen's Park a quelque peu reculé vendredi dernier.

Dans un communiqué publié en fin d'après-midi, il a annoncé le retour du ministère des Affaires francophones – que le premier ministre avait éliminé à son entrée en fonction – et proposé que le poste de commissaire aux services en français soit maintenu, mais sous la houlette de l'ombudsman.

Il a également laissé entendre que le projet d'Université de l'Ontario français serait suspendu plutôt qu'abandonné, jusqu'à ce que la situation financière de la province s'améliore.

Le léger repli du gouvernement Ford n'a pas réussi à apaiser la grogne des Franco-Ontariens.

Le commissaire actuel, François Boileau, et l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario estiment que c'est insuffisant.

Les Franco-Ontariens ont en outre maintenu leur appel aux manifestations qui ont été organisées dans environ 40 villes ontariennes, samedi. La ministre Joly participera à celle qui se tiendra à Ottawa.

Avec les informations de CBC News, et La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique