•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Royalmount : citoyens et élus inquiets des impacts sur la circulation

Loin d’être impressionnés par la présentation de Carbonleo, les citoyens et les élus présents voulaient en savoir un peu plus sur les impacts directs du projet sur la circulation sur les autoroutes 15 et 40.

Photo : Radio-Canada / Diana Gonzalez

Radio-Canada

Citoyens et élus ont pu avoir des précisions sur le mégaprojet Royalmount, du promoteur Carbonleo, qui sera construit à l'angle des autoroutes 15 et 40, au cours d'une séance publique qui avait lieu mardi soir à l'hôtel de ville de Montréal.

Les répercussions du projet sur la circulation routière, les commerces et l'environnement ont été au coeur des questions des élus et des citoyens.

« Nos résidents en ont marre. Ils sont fatigués d'attendre des heures pour simplement traverser Décarie ou pour aller à une station de métro », a affirmé, inquiet, Oren Sebag, conseiller à Côte-Saint-Luc.

Je n'ai rien entendu de concret qui va démontrer une initiative efficace pour alléger cette situation.

Oren Sebag, conseiller municipal à Côte-Saint-Luc

Avant même la tenue de la séance, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a exprimé une nouvelle fois ses inquiétudes à propos de l'effet du projet sur la circulation automobile.

C'est sûr que je suis préoccupée parce que l'[autoroute] 40 est déjà à pleine capacité.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

« Il va falloir que le ministère des Transports et l'entreprise [Carbonleo], mais surtout le MTQ, trouvent des mesures de mitigation, parce que moi 25 minutes de plus dans le trafic, c'est pas acceptable. », a ajouté Mme Plante.

Une maquette du projet.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carbonleo travaille depuis plus de trois ans sur cet immense projet.

Photo : Carbonleo

Certains participants à la soirée publique ont affiché le même sentiment de préoccupation à l'égard de l’offre commerciale.

L'Association des Sociétés de développement commercial de Montréal craint des effets sur les commerces montréalais.

S’appuyant sur une étude qu’il a lui-même commandée, le promoteur se veut rassurant et minimise son impact.

Celui-ci sera faible, soutient-il, si l'offre est complémentaire à celle qui existe dans les centres commerciaux et les artères commerciales avoisinantes.

Les commerçants présents sont restés sur leur faim quant à la façon dont sera assurée la complémentarité de l'offre commerciale dans le nouveau projet.

En plus d'aménager des commerces, des salles de spectacle, des restaurants, des hôtels et des bureaux sur le site, le promoteur prévoit la construction de logements. De 6000 à 7000 logements pourraient y être construits sur une période de 20 ans, avance le promoteur. Le projet prévoit également la construction d’une école.

Avec les informations de Diana Gonzalez

Immobilier

Économie