•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs étudient l'utilisation du français au Canada

Un gros plan sur une page de dictionnaire montrant les définitions du mot français.
Avons-nous tous le même français? C'est ce que tentent de comprendre André Thibault et Mathieu Avanzi en cartographiant les différences. Photo: iStock / iStockPhoto
Radio-Canada

Deux chercheurs de l'Université Paris-Sorbonne, André Thibault et Mathieu Avanzi, proposent des enquêtes en ligne (Nouvelle fenêtre) pour étudier et cartographier les différents usages du français en fonction de la région, notamment au Canada. Ils espèrent recevoir davantage de réponses hors Québec.

« Ça fait deux ans qu’on fait ces enquêtes pour le Canada », explique André Thibault, professeur au Département de langue française, lui-même originaire de la ville de Québec.

D'après lui, le but est avant tout de « cartographier la variation du français en francophonie ».

Pour y arriver, les chercheurs mettent régulièrement en ligne des questionnaires. « Tant qu’on n’est pas allé demander à des milliers de personnes partout comment elles prononcent tel ou tel mot, on ne le sait pas. On a des impressions sans données précises », souligne le professeur.

« Nos enquêtes ne sont valables que si l’on a beaucoup de répondants qui ont participé dans toutes les régions francophones du pays », précise André Thibault.

Si les réponses sont nombreuses du côté de l’est du Canada, le Manitoba n'est pas en reste sur ce plan.

« Pour nos trois premières enquêtes canadiennes, on avait toujours autour de 200 à 250 participants, ce qui, à l'échelle de la francophonie manitobaine, est très bien », se félicite le chercheur.

En quête de villages

M. Thibault aimerait cependant avoir un nombre plus important, notamment avec des réponses du côté des régions rurales.

« Il y a des communautés francophones dans plein d’autres villages au Manitoba. Si l'on avait des répondants de ces villages, on pourrait cartographier des différences à l’intérieur même du Manitoba », spécifie-t-il.

Ce qui intéresse les chercheurs, ce sont les différences d’accentuation des mots, mais également de vocabulaire.

Des « shoe-claques »

« Dans ma jeunesse à Québec, on appelait les chaussures de sport des shoe-claques, raconte André Thibault. C’est un mot qui est à peu près inconnu dans d’autres régions. À Montréal on dit plutôt des runnings, dans les Cantons de l’Est, c’est plutôt des sneaks, en Acadie des sneakers. Par contre, il y a le mot espadrille, qui est le mot standard répandu un peu partout par l’école. »

Des réalités différentes qui amusent le professeur en langues. « On a beaucoup d’idées reçues sur la langue. Souvent, on parle sans vraiment savoir. Chacun a tendance à s’imaginer que tout le monde parle comme lui », explique-t-il.

Parler le français avec des différences, c’est pour lui quelque chose de précieux. « Ça fait partie de notre identité. Ce n’est pas seulement le français, c’est la façon dont on le parle. C’est important de cartographier des choses qui sont peut-être en train de disparaître. C’est la préservation du patrimoine », affirme André Thibault.

Un français en mutation

C'est un français qui est toujours en mutation, notamment avec les nouveaux arrivants. « [Pour eux], il y a une double dynamique. D’abord, ils apprennent beaucoup d’expressions et des prononciations de la francophonie canadienne. D’autre part, ils contribuent eux-mêmes à faire évoluer ce français canadien », souligne le chercheur.

Avec une quatrième enquête en ligne pour le Canada, André Thibault et Mathieu Avanzi espèrent pouvoir rédiger un premier ouvrage de référence sur ce sujet pour le Canada, à l’image de l’Atlas du français de nos régions. Ce livre, publié par M. Avanzi, couvre déjà des particularités linguistiques de la France, de la Belgique et de la Suisse.

Manitoba

Société