•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tentes devant un hôtel de ville pour sensibiliser la population à la pauvreté

Des personnes en train d'installer une tente devant un édifice municipal.

Les tentes représentent ce que certains sans-abri ont comme seule option pour se protéger des intempéries, selon les organisateurs de la manifestation.

Photo : CBC/Amy Hadley

Radio-Canada

Une trentaine de personnes étaient rassemblées à Thunder Bay pour dénoncer les récents changements effectués par le gouvernement provincial, dont l'annulation du projet de revenu minimum garanti.

Selon la travailleuse sociale Angie Lynch, l'une des organisatrices de l’événement, les tentes ont été installées pour illustrer ce à quoi la ville pourrait ressembler si rien n’est fait pour lutter contre la pauvreté.

Une femme devant un groupe de personnes en train de manifester.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Angie Lynch, une des organisatrices du rassemblement, croient que plusieurs des mesures prises par le gouvernement Ford pénalisent les personnes les plus vulnérables de la société.

Photo : CBC/Amy Hadley

Mme Lynch croit que la situation pourrait empirer en raison des récentes décisions du gouvernement progressiste-conservateur.

Nous avions hâte de recevoir les données du projet pilote [sur le revenu minimum garanti] pour prendre de bonnes décisions concernant des politiques sociales.

Angie Lynch, travailleuse sociale

Le projet pilote a été annulé en juillet, un peu plus d’un an après son lancement. La ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires, Lisa MacLoead, avait alors indiqué que l’initiative n’est pas viable à long terme.

M. Ford dit que la meilleure façon de sortir de la pauvreté est un emploi, mais il a enlevé des droits aux travailleurs et des avantages sociaux qui venaient d’être mis en place, affirme Mme Lynch, en référence aux changements aux normes du travail annoncé plus tôt cet automne.

Un emploi n’est pas toujours suffisant, croit John Cimprich, qui participait au projet pilote de revenu minimum garanti à Thunder Bay en plus de travailler à temps partiel.

Un homme tenant une pancarte sur laquelle il est écrit en anglais « Les personnes à faible revenu compte aussi ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John Cimprich peine à payer ses factures depuis l’annulation du programme de revenu minimum garanti.

Photo : Radio-Canada

[Le revenu minimum garanti] me donnait les moyens de rêver à un meilleur futur, d’être moins anxieux et d’avoir l’occasion de devenir un meilleur travailleur.

John Cimprich

Mme Lynch s’inquiète également des changements au Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées.

Je crois que cela va devenir beaucoup plus difficile d’accéder au programme.

Un homme dans une manifestation parle dans un micro.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs personnes ont raconté leur histoire pour montrer différentes facettes de la pauvreté.

Photo : CBC/Amy Hadley

La travailleuse sociale est optimiste que le gouvernement changera de cap si la communauté est solidaire et montre qu’il fait fausse route.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Pauvreté

Société