•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un père et un fils unis, par le don de sang!

Mathieu Lefevbre (à droite au premier plan) et son père Stéphane lors d'un don de sang

Mathieu Lefevbre à commencer à donner du sang à 18 ans, inspiré par son père et son grand-père.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Radio-Canada

Stéphane Lefebvre et son fils Mathieu ne partagent pas seulement le même sang : les deux hommes sont aussi réunis par la générosité d'en donner. Ils ont respectivement effectué leur 500e et 100e don de sang à Québec, mardi.

C'est cette cause-là que j'ai prise à coeur lorsque j'ai vu mon père à l'urgence avec un sac de sang et un sac de plasma, explique Stéphane Lefebvre.

C'est grâce à mon père que j'ai commencé à donner à 18 ans. Mon grand-père en donnait aussi avant c'est de génération en génération, ajoute son fils Mathieu.

Stéphane Lefebvre et son fils Mathieu (à droite) lors d'un don de sang dans des locaux d'Héma-QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stéphane Lefebvre et son fils Mathieu (à droite) ne partagent pas seulement que le même sang : les deux hommes sont aussi réunis par la générosité d'en donner. Ils ont respectivement effectué leur 500e et 100e don de sang à Québec, mardi.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

C'est une fierté, oui. Tu aides ton prochain. Si j'ai réussi à en sauver quelques-uns, tant mieux, mais ma fierté aujourd'hui, c'est de voir mon garçon à côté de moi.

Stéphane Lefebvre, donneur de sang à 500 reprises

On a plusieurs donneurs de carrière dans la région, mais d'avoir un tandem comme ça, un père et un fils, qui réalisent cet exploit-là et en plus qu'il y ait une synchronie. C'est de magnifiques histoires et pour nous et surtout pour les maladies les patients qui ont besoin des produits sanguins, indique le porte-parole d'Héma-Québec, Laurent-Paul Ménard.

Un seul don peut sauver quatre personnes, rappellent les deux donneurs. Le geste ne prend que deux heures toutes les deux semaines.

Les Lefebvre ont bien l'intention de maintenir la tradition encore bien des années.

Je veux dépasser mon père idéalement. Tant et aussi longtemps qu'il va en donner, on va essayer de le dépasser, prévient Mathieu.

Aucun problème! rétorque le patriarche en riant.

Avec les informations de Nicole Germain

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Santé