•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet éolien Apuiat : les Premières Nations souhaitent une solution politique

Un parc éolien.

Les Innus veulent que le gouvernement facilite le développement économique de leurs nations.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Radio-Canada

Plus d'une semaine après une rencontre entre le premier ministre François Legault et les chefs des Premières Nations du Québec à Wendake, l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) presse le gouvernement caquiste et les autres acteurs politiques d'améliorer la relation avec les Premières Nations pour garantir l'essor économique de ces dernières.

Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, le chef de l'APNQL, Ghislain Picard, déplore que le président d'Hydro-Québec, Éric Martel, ait « converti l'espace médiatique en arène politique concernant l'avenir du projet » de construction d'un parc éolien de 200 MW sur le territoire traditionnel (Nitassinan) des Innus d’Uashat mak Mani-Utenam entre les villes de Port-Cartier et de Sept-Îles.

La semaine dernière, de passage sur le plateau de l'émission 24/60, à RDI, M. Martel affirmait en effet que le projet Apuiat n'était pas nécessaire, Hydro-Québec disposant des ressources nécessaires en eau pour alimenter ses barrages et répondre à la demande, y compris en ce qui concerne les ventes à l'étranger.

Pour le PDG d'Hydro-Québec, il revient donc au gouvernement de trancher dans ce dossier. Et si le gouvernement Couillard avait donné son accord de principe au projet d'environ 600 millions de dollars, le gouvernement Legault, lui, laisse plutôt planer l'incertitude.

Au cours de sa rencontre à Wendake, le premier ministre a déclaré, à propos du projet Apuiat, que d'autres projets pourraient être analysés, et que ceux-ci seraient « plus utiles pour leurs communautés ».

Selon le chef Picard, il est impératif que le gouvernement puisse « répondre clairement et directement aux chefs innus quant à l'avenir du projet Apuiat ».

Autochtones

Économie