•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilinguisme, un investissement rentable au Canada

Des étudiants qui marchent dans un corridor.

Une scolarité élevée pourrait expliquer l'important apport économique des Canadiens bilingues, selon une nouvelle étude.

Photo : Radio-Canada / CBC/Erik White

Radio-Canada

Les Canadiens bilingues hors Québec contribuent davantage au produit intérieur brut (PIB) que les unilingues, selon une nouvelle étude de l'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC). Cette situation est notamment attribuée à la forte proportion de diplômés universitaires bilingues, qui ont souvent accès à de meilleurs revenus.

« Cette étude démontre clairement la nécessité de l’enseignement postsecondaire et du rôle que doivent jouer les collèges et les universités de la francophonie canadienne dans la formation d’une main-d’œuvre bilingue qualifiée qui participe à l’essor économique du Canada », déclare la directrice générale de l’ACUFC, Lynn Brouillette.

« La contribution des bilingues hors Québec au PIB du Canada hors Québec se chiffre à 134,8 milliards de dollars canadiens, un montant éloquent qui prouve que les gouvernements doivent continuer à financer et à soutenir l’éducation postsecondaire en français, hors Québec, mais également à en accroître l’accès », ajoute-t-elle.

Plus de richesses

Les bilingues créent généralement plus de richesses que les unilingues anglophones dans presque toutes les provinces hors Québec, selon des données de Statistique Canada analysées par l’ACUFC.

La différence la plus marquée est observée à Terre-Neuve-et-Labrador, où le PIB des bilingues dépasse celui des unilingues de 14 000 $. C’est au Nouveau-Brunswick que la contribution des bilingues se fait le plus sentir, avec près de 40 % du PIB de la province. Seules la Saskatchewan et l’Alberta observent des revenus engendrés par les bilingues légèrement inférieurs à ceux des anglophones unilingues.

De la même façon, les bilingues sont davantage présents sur le marché du travail. Ils sont également moins susceptibles d’être au chômage que les unilingues.


Plus de scolarité

Si les bilingues génèrent plus de revenus que les unilingues, ce serait notamment parce qu’ils sont en moyenne plus scolarisés, selon l’ACUFC.

Les bilingues sont beaucoup plus nombreux à détenir un diplôme universitaire que les anglophones ou les francophones.

L’ACUFC observe que, dans toutes les provinces hors Québec, la plupart des bilingues ayant terminé leurs études postsecondaires choisissent de suivre un programme en administration des affaires ou en administration publique, des domaines dans lesquels, note l’ACUFC, le bilinguisme est un atout. Dans son rapport, l'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne note également que les bilingues ont tendance à étudier plus longtemps et sont capables d’obtenir des emplois mieux rémunérés.

Saskatchewan

Francophonie