•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sols du quartier Point Douglas toujours contaminés

Un homme et une femme amassent des échantillons de terre.

Près de 20 échantillons ont été prélevés dans le quartier North Point Douglas et dans les environs de l’École Weston pour imiter les tests effectués par la province il y a 10 ans.

Photo : Radio-Canada / Kristin Annable

Radio-Canada

Des chercheurs de l'Université du Manitoba et des résidents du quartier Point Douglas de Winnipeg demandent que des mesures soient prises après que de nouveaux tests des sols ont confirmé une contamination au plomb.

Les évaluations, commandées par CBC, ont révélé qu'au moins un échantillon contenait des concentrations de plomb dépassant les normes nationales dans quatre jardins qui ont été testés.

Près de 20 échantillons ont été prélevés dans le quartier North Point Douglas et dans les environs de l’École Weston, pour imiter les tests effectués par la province il y a 10 ans et dont les résultats avaient été gardés secrets par l’ancien gouvernement néo-démocrate.

Francis Zvomuya, professeur en science des sols à l'Université du Manitoba, est alarmé par les résultats, qui dans deux cas, étaient presque cinq fois plus élevés que les directives du Conseil canadien des ministres de l'Environnement.

« Cela signifie que le problème est répandu, dit-il. Les gens doivent faire très attention […] et ne devraient pas faire pousser de légumes dans le sol. »

Darlene Belasco, qui vit dans ce secteur depuis plus de 30 ans, souhaite que le gouvernement agisse. « Je voudrais qu'ils prennent la situation au sérieux », affirme-t-elle.

Un parc à ferraille ainsi qu’un chemin de fer se trouvent derrière sa maison et un autre parc à ferraille se situe à quelques pâtés de maisons de chez elle. De plus, une seule rue sépare sa maison d’un moulin à farine. Mme Belasco s'est toujours demandé quel impact l'activité industrielle aurait sur son jardin.

Je suis un peu inquiète, maintenant je me demande si je devrais continuer à faire pousser des tomates.

Darlene Belasco

L'exposition au plomb peut causer des problèmes de santé et est particulièrement dangereuse pour les enfants et les femmes enceintes.

Le gouvernement doit agir

Shirley Thompson, une professeure agrégée de l'Institut des ressources naturelles de l'Université du Manitoba, préconise depuis longtemps une surveillance accrue des activités industrielles dans les zones résidentielles par le gouvernement.

« Nous savons que les sols de ce quartier étaient contaminés il y a 20 ans. Il faut faire quelque chose. Des mesures d'assainissement s'imposent, affirme-t-elle. Nous devons créer des barrières et discuter de la manière dont nous allons gérer la pollution. »

Une femme et un homme amassent des échantillons de terre dans un jardin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les évaluations, commandées par CBC, ont révélé au moins un échantillon contenant des concentrations de plomb dépassant les normes nationales dans quatre jardins qui ont été testés par la professeure Shirley Thompson et un étudiant de l'Université du Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Kristin Annable

Le bureau du ministre de la Santé, Cameron Friesen, a refusé d’accorder une entrevue. Le gouvernement affirme toujours attendre les résultats de ses tests qu'il a effectués à l’École Weston et à Point Douglas.

« Le NPD a caché pendant une décennie les résultats inquiétants des tests de sols effectués par les Manitobains. Notre gouvernement, en revanche, a demandé de nouveaux tests et a promis de rendre publics les résultats. Ces tests sont attendus prochainement », affirme Cameron Friesen dans une déclaration écrite.

Le chef du parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, accuse le gouvernement de cacher les résultats des échantillons de sol, notamment ceux du quartier Saint-Boniface.

Selon lui, peu importe qui est au pouvoir, il faut régler le problème. « Les résidents veulent juste que le problème soit résolu », souligne-t-il.

Gary Tessier, qui habite au sud du quartier Saint-Boniface où les sols sont contaminés, est scandalisé par la situation.

J’en ai plein mon casque.

Gary Tessier

Il dit avoir écrit au gouvernement pour la troisième fois cet automne et n’a toujours pas reçu de réponse.

Selon lui, le gouvernement dispose d’assez d’éléments pour agir et blâme le gouvernement pour son inactivité.

« Je ne suis pas seul. Nous sommes nombreux à être tannés de tout ça », ajoute-t-il.

Avec les informations de Kristin Annable et Abdoulaye Cissoko

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Pollution