•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La révision de l’enquête policière sur la mort de Nadine Machiskinic reste secrète

Nadine Machiskinic.
L'enquête policière sur la mort de Nadine Machiskinic en 2015 avait été critiquée. La police de Regina a déclaré lundi que l'examen de la GRC sur le traitement de ce dossier ne sera pas rendu public. Photo: Delores Stevenson
Radio-Canada

Aucune information ne sera dévoilée au public sur la façon dont le Service de police de Regina a mené l'enquête sur la mort de Nadine Machiskinic, une femme autochtone tombée dans la chute à linge d'un hôtel en 2015. La police a décidé que le rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à ce sujet restera secret, malgré les préoccupations de la famille de la victime.

« Je ne considère pas cela comme un manque de transparence », a déclaré lundi le chef de police de Regina, Evan Bray, en ajoutant que la demande de révision de l’enquête policière par la GRC témoignait d’une volonté d’amélioration.

« Il y a des choses que la police doit faire prévaloir pour ne pas compromettre des enquêtes futures. C’est pourquoi nous avons pris cette décision », a expliqué le chef de police.

Selon lui, tous les éléments concernant les failles de l’enquête ont déjà été évoqués lors de l’enquête du coroner sur la mort de la mère de famille de 29 ans. L’enquête du coroner avait révélé des erreurs et des retards dans l’enquête policière, notamment une erreur de communication résultant en un retard de six mois avant de mener des tests toxicologiques. Les premiers résultats de l’enquête indiquaient qu'il s'agissait d'un accident, mais l’enquête du coroner a statué que la cause du décès de Nadine Machiskinic était « indéterminée ».

La tante de la victime, Delores Stevenson, s’est dite déçue que la police ne publie pas les découvertes de la GRC.

« Après tout ce que ma famille et moi avons dû traverser pendant deux ans, je pense que nous méritions [de recevoir ces informations] », a-t-elle indiqué.

Selon Evan Bray, la révision de la GRC permettra à la police d’améliorer ses services. Le chef de police affirme que certains changements ont déjà été apportés en ce qui concerne le traitement des crimes majeurs, comme des formations pour certains enquêteurs et superviseurs. La police compte également transférer deux agents au département des crimes majeurs au début de 2019.

L’enquête sur la mort de Nadine Machiskinic n’est plus active. Le chef de police affirme toutefois que les policiers examineront tout élément nouveau susceptible de faire la lumière sur ce dossier.

Avec les informations de Stephanie Taylor, CBC News

Saskatchewan

Autochtones