•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

E. coli : la laitue romaine infectée vient de la Californie, confirme la FDA

Un homme arrose de la laitue romaine.

Sobeys et Loblaw ont retiré tous leurs produits alimentaires contenant de la laitue romaine de leurs étagères en raison de la menace d'E. Coli.

Photo : Associated Press / Paul Sakuma

Radio-Canada

Les autorités sanitaires américaines, dont l'agence responsable de la sécurité alimentaire (FDA), confirment que la laitue romaine suspectée de provoquer une nouvelle épidémie d'infections par la bactérie Escherichia coli (E. coli) provient de la Californie.

La laitue mise en cause vient probablement de zones en Californie où elles sont cultivées pendant l'été, indique la FDA.

Les opérateurs de l’industrie s’étaient entendus pour identifier sur les étiquettes l'origine du produit ainsi que la date de sa récolte afin d’éviter que cette laitue se retrouve sur le marché.

« Si ces informations ne sont pas disponibles, il ne faut pas manger ou utiliser le produit », insiste la FDA.

Le 20 novembre, les marchands particuliers, les restaurateurs et autres chaînes de magasins avaient été appelés à jeter toute laitue romaine.

Selon la FDA, 43 personnes ont été affectées par cette épidémie dans 12 États américains et 22 personnes ont été touchées au Canada.

Le Canada maintient les restrictions

Vue au microscope de la bactérie E. coliAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une protéine de la bactérie E. coli accélère l'infection au contact de molécules spécifiques aux personnes de groupe sanguin A.

Photo : iStock

Le gouvernement fédéral ordonne par la voie de l’Agence canadienne d'inspection des aliments, l’Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada de ne pas importer de laitue romaine des régions suspectes établies dans l'enquête de la FDA jusqu'à nouvel ordre.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments mettra en œuvre des mesures de contrôle additionnelles « afin de vérifier que les produits des régions identifiés dans l'enquête ne sont pas admis au Canada », y compris un contrôle plus rigoureux des produits destinés au Canada.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International