•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand même le Danemark tourne le dos aux migrants

Le reportage de notre correspondant Yanik Dumont Baron
Yanik Dumont Baron

C'est l'air du temps : le Danemark, un des pays les plus progressistes d'Europe, est à son tour en train de tourner le dos aux migrants, au point où certains affirment ne plus reconnaître leur pays. Visite.

À l’extérieur de la mosquée de la capitale Copenhague, les textes sacrés gravés sur les murs sont écrits en danois, pas en arabe ni en anglais. Même chose pour les épiceries spécialisées, où le danois et l’écriture arabe se côtoient sur les affiches.

On pourrait en conclure que cette petite société bien fière peut intégrer et absorber ses nouveaux arrivants.

Mais quelque chose a changé depuis qu'une vague de migrants et de réfugiés a déferlé sur l’Europe, il y a quelques années. Cette marée humaine a bouleversé la donne politique un peu partout sur le continent.

En trois ans, les demandes d’accueil, dont une majorité venant de gens issus de pays musulmans, ont triplé au Danemark pour dépasser les 21 000 en 2015.

Maintenant, la part des « non-Occidentaux » au Danemark s’approche des 10 %. C’est beaucoup pour un pays d’à peine six millions d’habitants.

Le « plan ghetto »

De nombreux Danois ont perçu cette vague comme un raz de marée, une sorte d’invasion.

« Si trop de gens viennent trop rapidement, ça cause des problèmes », assure Mads Fuglede, responsable de l‘Intégration et de la citoyenneté au parti Venstre, le parti au pouvoir au Danemark.

Le gouvernement danois a d'abord réagi en adoptant une série de mesures strictes visant à décourager l’immigration. Parmi celles-ci :

  • allocations moins généreuses pour les migrants;
  • regroupement familial plus long et difficile;
  • saisie de biens et d’argent pour les réfugiés entrant au pays;
  • interdiction de porter le voile intégral dans les espaces publics.

Puis, il y a eu le « plan ghetto », une série de mesures controversées qui ont placé le pays sur l’avant-scène européenne.

Le Danemark a désigné comme ghettos des secteurs où la composition sociale lui paraît problématique, là où il y aurait trop de pauvres, trop de crimes et trop de gens issus de l’immigration.

Une mosquée vue de l'extérieur.La mosquée Imam Ali de Copenhague est située dans un quartier commercial où se trouvent plusieurs épiceries et restaurants moyen-orientaux. Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

De petites zones, soutient le député Fuglede, « que le gouvernement danois ne contrôle plus tout à fait ». « Les policiers ne peuvent y entrer librement. Les ambulances ne peuvent y aller sans escorte policière », affirme-t-il.

Il s’agit donc de lutter contre la criminalité : les crimes commis dans ces secteurs seront punis plus sévèrement, les condamnés ne pourront pas y emménager une fois sortis de prison.

Il y a aussi une série de mesures qui visent à protéger la culture danoise, comme les tests de langue pour les jeunes habitants de ces enclaves ethniques, ou la réduction du nombre de loyers subventionnés.

L’inscription obligatoire des poupons de ces zones dans une garderie située hors de l’enclave a suscité beaucoup de bruit. L’idée est d’exposer rapidement les bébés aux mœurs et à la langue danoise.

Visite dans le « ghetto » de Mjolnerparken

Une femme avec des lunettes sourit.Janni Milsted, une des responsables de l'association des résidants de Mjolnerparken. Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

« Ce n’est pas un ghetto! » soutient Janni Milsted, qui tenait à le dire et à nous le montrer. Septuagénaire, elle nous fait visiter Mjolnerparken à pied. C’est le quartier qui semble le plus souvent montré du doigt par les autorités danoises.

Certes, la peinture blanche sur les balcons de ce parc de logements abordables est défraîchie et les édifices semblent vieux. Mais on y voit peu de traces d’une zone à l’abandon, où la loi ne serait plus respectée.

La grande majorité des 2000 résidents sont issus de l’immigration. Certains habitent ici depuis des décennies. L'un d'entre eux s’est arrêté quelques minutes pour se plaindre.

L’homme ne se plaint pas des voisins ou de la criminalité, mais de la mauvaise réputation que le gouvernement a faite de son quartier.

« Les compagnies d’assurances ne veulent rien savoir de nous! » lance-t-il, indigné.

Gros plan d'un homme aux cheveux courts et à la barbe longue.Muhammed Aslam, le responsable de l'association des résidants de Mjolnerparken. Lui et sa famille habitent le quartier depuis des années. Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

« Straf! » Le mot sonne sévère en danois : punition. C’est ainsi que Muhammed Aslam résume sa vision du programme danois pour briser les enclaves ethniques.

C’est en danois qu’il nous accorde une entrevue, une façon subtile de démontrer que les étrangers peuvent bien s’intégrer au Danemark.

À ses yeux, Mjolnerparken est victime d’un sentiment d’intolérance qui s’est abattu sur le pays lorsque la vague de migrants a déferlé sur l’Europe.

Les partis de droite ont peur de perdre des appuis et ils pensent à la prochaine élection. Ils luttent pour être perçus comme les plus stricts possible sur les questions d’immigration.

Muhammed Aslam

Le virage de la gauche danoise

« Bien sûr que c’est une bonne chose de briser ces sociétés parallèles », avance Lisbeth Vibe Utzon la responsable de la maison d’intégration pour immigrantes Kringlebakken. Ce qu’elle n’aime pas, c’est l’aspect coercitif et répressif des mesures annoncées.

« Ils sont en train de transformer notre démocratie en quelque chose d’autre », avertit-elle. « On fait passer le besoin d’intégration avant les considérations pour les droits humains. C’est déprimant! »

Une femme assise à une table dans une cuisine.Lisbeth Vibe, la responsable de la 'maison d'intégration' Kringlebakken de Copenhague. Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

Lisbeth Vibe Utzon critique directement les partis de gauche qui, traditionnellement, se portent à la défense des étrangers. La situation actuelle au Danemark les pousse à adopter des positions plutôt de droite.

La migration « remet en question la cohésion sociale », admet le député social-démocrate [opposition] Mattias Tesfaye. Lui-même fils de réfugié, il appuie les mesures sévères contre les étrangers, mais pour aider les Danois moins fortunés.

Car, à ses yeux, l’arrivée trop importante de migrants a surtout causé du tort aux moins nantis, à « ceux qui ont peu d’argent et peu d’éducation ».

« Leurs enfants vont dans des écoles à problèmes, il y a des crimes dans leurs quartiers », reconnaît-il.

Le député préfère envoyer des ressources aux réfugiés installés près des zones de conflits plutôt que de leur ouvrir les portes de son pays. Il y voit une position plus réaliste pour les partis de gauche européens. Plus adaptée aux réalités actuelles.

« L’intégration est possible », explique-t-il, avant d’ajouter qu'il« faut atteindre le bon nombre » d’immigrants. Autrement dit, pas trop.

« Pas trop », c’est la réponse danoise devant ces mouvements de population qui bousculent la donne en Europe comme ailleurs sur la planète.

Yanik Dumont Baron est correspondant pour Radio-Canada à Paris

Europe

International