•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Achats en ligne : comment réduire votre empreinte écologique?

Un homme devant une table sur laquelle sont posés des emballages écologiques.

Le propriétaire de l'entreprise Off the Wood, Franck Ndayubashe, essaie de minimiser l'emballage de ses produits, et a décidé de produire des objets uniquement en bois et en métal.

Photo : Radio-Canada / Laissa Pamou

Radio-Canada

Le sillage du cyberlundi laissera boîtes en carton et emballages empilés dans les rues de nos villes, sans compter l'empreinte écologique du transport et de la manufacture du produit. Une entreprise du Manitoba qui vend ses produits en ligne explique comment elle cherche à contrer ce problème.

De plus en plus de Canadiens ont recours au commerce en ligne pour s'approvisionner. Postes Canada rapporte une croissance de 20 % par année de leur volume de paquets livrés. Or, le transport et l'emballage sont deux facteurs majeurs qui augmentent l'empreinte écologique de ces achats virtuels.

Pour contrer la pollution causée par ce type d'achat, le propriétaire de l'entreprise Off the Wood, Franck Ndayubashe, entreprend plusieurs mesures. En ce qui concerne la manufacture, il a décidé de produire des objets uniquement en bois, et en métal.

« L’écologie, pour nous c’est notre mission. On a décidé de faire un produit qui est recyclable, qui est écologique, qui est fait à base de bois, » lance-t-il.

Franck Ndayubashe avec un nœud papillon en bois.

Le propriétaire de l'entreprise Off the Wood, Franck Ndayubashe

Photo : Radio-Canada

L’usine où les objets, montres, lunettes de soleil ou encore nœuds papillon, sont fabriqués se trouve au Québec. Selon la chargée des communications de l’organisme Équiterre, Camille Gagné-Raynauld, privilégier des éléments produits au Canada est le premier moyen qui permet de réduire la pollution due au transport.

« Les matériaux qui ont été utilisés par la compagnie locale proviennent peut-être davantage de la région, donc l'idée c’est de minimiser généralement les transports », affirme-t-elle.

Informer pour éviter les retours de marchandise

M. Ndayubashe ajoute qu'un client mal informé peut être déçu à la réception de son produit. Ce qui occasionne le retour du produit au fournisseur, cause d’une augmentation de l’empreinte écologique.

En s'assurant de bien informer les acheteurs sur son site, notamment grâce à des photos à haute définition, il rapporte un taux de retour d'environ 2,5 %, contre 30 % en moyenne pour la vente en ligne.

Pour chaque montre, 10 arbres plantés

M. Ndayubashe vise aussi à établir des partenariats avec des organismes de bienfaisance et des groupes écologiques en Afrique. L’un de ces partenariats vise à contribuer à la reforestation.

« On a décidé de planter des arbres. [...] Par exemple, quand on va commencer à vendre des montres, [pour] chaque montre qu’on va vendre, on va planter 10 arbres en Afrique, » affirme-t-il.

Avec les informations de Laïssa Pamou

Manitoba

Consommation