•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux hauts fonctionnaires suspendus veulent retourner au travail

Deux hommes assis à un bureau devant des micros.

Le sergent d'armes, Gary Lenz, et le greffier, Craig James, souhaitent retourner au travail pendant la durée de l'enquête.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les deux hauts fonctionnaires de l'Assemblée législative en Colombie-Britannique suspendus la semaine dernière ont parlé aux médias lundi, du bureau de leur avocat. Bien qu'ils ignorent toujours pourquoi ils font l'objet d'une enquête criminelle de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), ils assurent n'avoir rien à se reprocher.

Le greffier de la Chambre, Craig James, et le sergent d’armes, Gary Lenz, ont été escortés à l’extérieur du Parlement mardi dernier et placés en congé administratif.

Une semaine plus tard, ils affirment ne pas avoir été interrogés par les enquêteurs de la GRC et les deux procureurs spéciaux assignés au dossier, ni même mis au courant des allégations à leur endroit.

Bien qu’il soit impossible de nier ce que l’on ne sait pas, je peux affirmer que je n’ai rien fait de mal.

Gary Lenz

Les deux hommes disent vouloir coopérer avec la GRC. Ils sont tous les deux convaincus qu’ils seront innocentés au terme de l’enquête.

Des dommages « irréparables » à la réputation

Gary Lenz et Craig James affirment ne pas en vouloir aux personnes engagées dans le processus, mais critiquent la façon dont la situation a été gérée.

« Une enquête [...] ne devrait pas humilier publiquement les gens concernés pendant qu’elle est en cours, dit Gary Lenz. On ne peut jamais réparer les dommages causés à une personne, quel que soit le résultat de l’enquête. »

Ils demandent à l’Assemblée législative de leur permettre de demeurer en poste pendant le déroulement de l'enquête.

« Je ne peux penser à aucune de mes actions qui pourraient m’empêcher de continuer mon travail pendant cette enquête, affirme Craig James. [...] Les dommages à ma réputation sont irréparables. La guérison ne peut débuter qu’avec mon retour au travail. »

Deux suspensions, de nombreux rebondissements

La suspension de Craig James et de Gary Lenz a entraîné plusieurs rebondissements à l’Assemblée législative la semaine dernière.

Le Parti libéral a notamment exprimé des réserves au sujet de la nomination d’Alan Mullen en janvier dernier à titre de conseiller spécial dans cette affaire. M. Mullen a été nommé par le président de l’Assemblée législative, Daryl Plecas, qui est aussi son ami.

Daryl Plecas a ensuite nommé un autre conseiller spécial, l’ancien procureur général Wally Oppal, pour faire la lumière sur le cas de Gary Lenz et de Craig James.

Le bureau de M. Plecas a aussi indiqué avoir fourni des informations au sujet des deux hauts fonctionnaires à la GRC en août dernier.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale