•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bureau de circonscription « ambulant » pour Catherine Dorion

Catherine Dorion accorde une entrevue au journaliste de Radio-Canada Nicolas Vigneault dans un café de la rue Saint-Joseph, au centre-ville de Québec.
La députée solidaire de Taschereau, Catherine Dorion Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Catherine Dorion dit redouter plus que tout « d'être perçue comme une politicienne traditionnelle ». Jusqu'ici, la députée solidaire semble échapper à cette perception, à en juger par les réactions que suscitent son style et son franc-parler. Le bureau de circonscription qu'elle ouvrira sous peu risque d'ailleurs de détonner tout autant.

Un texte de Louis Gagné

Près de deux mois après avoir été élue, Catherine Dorion n’a toujours pas de local fixe. Avec les trois employés qui l’accompagnent, la députée de Taschereau écume les cafés du quartier Saint-Roch, qui font office de bureaux de circonscription improvisés. Elle assure être en mesure de répondre aux questions des citoyens, comme n’importe quel autre élu.

« On se promène, on travaille, puis ça permet aux gens de venir nous voir. Ils nous parlent, puis on a un pouls qui est bien plus réel que celui qu'on peut retrouver sur les réseaux sociaux », raconte la députée, attablée à un café de la rue Saint-Joseph, au centre-ville de Québec.

Catherine Dorion parle de son bureau de circonscription « ambulant »

On répond aux groupes, on répond aux citoyens […] Le bureau, c'est juste un endroit physique. Comme vous pouvez le voir aujourd'hui, on est au Nektar, d'autres fois, c'est au Saint-Henri.

Catherine Dorion, députée de Québec solidaire, Taschereau

Temporaire

Ce mode de travail en itinérance n’est toutefois que temporaire, précise-t-elle. Un dépannage, le temps d’ouvrir un bureau qui réponde à sa vision du travail de circonscription.

Catherine Dorion aurait pu reprendre le local de sa prédécesseure, la péquiste Agnès Maltais, mais la nouvelle élue avait en tête quelque chose de moins traditionnel.

Mme Maltais est d'ailleurs sortie de sa réserve, lundi, pour critiquer l'élue de Québec solidaire.

« Je m’étais dit que je ne commenterais pas les premiers gestes de Mme Dorion, mais je n’en reviens pas d’une telle aberration. On ne traite pas des dossiers d’organismes ou de citoyens, confidentialité oblige, dans un café. C’est tout ce que j’ai à dire », a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Son message a depuis été effacé.

Des partys au bureau de circonscription

« Le bureau d'Agnès Maltais était plutôt standard, avec des bureaux pour rencontrer des citoyens. Nous, on a cherché une place où on pourrait faire venir les citoyens lors d’événements ponctuels, peut-être un par mois, un party où tout le monde est convié et où, par exemple, on s'attaque à une cause, on veut en connaître plus », explique Catherine Dorion.

Lors de ces événements ponctuels, un organisme communautaire pourrait venir présenter son travail, sa mission. S’ensuivraient des discussions et des prestations d’artistes.

« On a, je ne le sais pas, le directeur général de l'organisme Pech qui est là avec une personne qui a bénéficié de cet organisme-là, à qui ç'a sauvé la vie. Après, un artiste, puis après, tout le monde parle ensemble, puis on en fait une tradition. C'est des partys qui vont être le fun », promet la députée.

Capture d’écran tirée de la vidéo publiée par Catherine Dorion sur Facebook. La députée porte un chandail rouge. On aperçoit, au bas de l’écran, la phrase « C’est quoi le problème avec le 3e lien? ».Catherine Dorion a fait réagir récemment en comparant, dans une vidéo, le troisième lien à « une ligne de coke ». Photo : Radio-Canada

Au-delà des enjeux locaux

Catherine Dorion voit son bureau de circonscription comme un endroit où débattre des enjeux locaux, mais en les remettant dans leur contexte plus large.

« Au lieu de les traiter juste comme des enjeux locaux, dans nos méthodes de communication […] on fait le lien entre : ça, c'est des problèmes locaux dans Taschereau, mais voici pourquoi on les a, voici c'est quoi le problème systémique sur lequel on aurait du pouvoir au gouvernement si on pouvait y être, qu'on doit régler », fait-elle valoir.

On veut donner aux gens le goût de s'impliquer [...] pour qu'on ne soit plus juste tributaires de ce qui se passe en haut, sans avoir jamais de pouvoir, qu'on se développe une puissance collective.

Catherine Dorion, députée de Québec solidaire, Taschereau

« Agnès Maltais a été extraordinaire »

En attendant l’ouverture de son bureau, Catherine Dorion continuera son travail de circonscription avec son équipe dans les cafés du centre-ville. Un travail facilité par la collaboration que lui a offerte Agnès Maltais depuis son entrée en fonction.

« Elle nous a transféré les dossiers, elle nous a transféré les cas de citoyens avec un soin vraiment apprécié. Je la remercie d'ailleurs encore aujourd'hui. Elle a été vraiment extraordinaire », salue la députée de Québec solidaire.

Avec les informations de Nicolas Vigneault

Québec

Politique provinciale