•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un réfugié syrien bloqué dans un aéroport durant des mois est en route vers Vancouver

Gros plan sur le visage d'un jeune homme barbu et portant des lunettes de vue, qui regarde la caméra dans un égoportrait.

Hassan Al Kontar a documenté sa vie à l'aéroport de Kuala Lumpur à partir de son compte Twitter.

Photo : Hassan Al Kontar/Twitter

Radio-Canada

Un réfugié syrien qui est resté coincé à l'aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie, durant des mois est en route vers Vancouver, selon une vidéo qu'il a publiée sur son fil Twitter lundi.

Un texte de Fanny Bédard

Hassan Al Kontar y indique qu’il est à l’aéroport international de Taiwan et qu’il atteindra sa « destination finale demain à Vancouver ».

L’homme, âgé d'une trentaine d'années, a été arrêté en octobre dernier après être resté bloqué à l'aéroport malaisien pendant sept mois. L’accès à un vol de Turkish Airlines lui avait été refusé en mars, le forçant à rester en Malaisie. Il s’est mis à documenter sa vie au quotidien dans l’aéroport sur les réseaux sociaux et s’est ainsi attiré de nombreux abonnés.

Les huit dernières années ont été un parcours long et difficile. Les 10 derniers mois ont été difficiles et froids.

Hassan Al Kontar

Originaire de Damas, en Syrie, il soutient qu’il y est recherché parce qu’il a refusé de faire son service militaire. Il est aussi druze, une minorité religieuse ciblée par des groupes extrémistes. De plus, il a critiqué le régime de Bachar al-Assad.

Son avocat, Andrew Brouwer, a déjà indiqué qu’il était risqué pour son client de retourner en Syrie.

Hassan Al Kontar a travaillé dans les Émirats arabes unis de 2006 à 2017, avant de finalement perdre son visa en raison du conflit syrien. Il a par la suite éprouvé des difficultés à trouver un pays lui donnant un visa ne l’obligeant pas à retourner en Syrie.

Un groupe de Whistler en appui

Toutefois, un groupe de Canadiens de Whistler a très tôt tenté de parrainer M. Al Kontar après qu’il fut resté coincé à l’aéroport.

Ses membres ont notamment fait pression auprès du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté et lui ont demandé de l’aide.

Dans une déclaration publiée lundi, le ministère s’est vanté d’être un chef de file dans l’accueil de réfugiés. Il indique toutefois ne pas pour pouvoir faire de commentaires sur des cas particuliers.

Colombie-Britannique et Yukon

Société