•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain : de nouvelles consultations de l’ONE sur l’île de Vancouver

Un totem de profil avec en arrière-plan de la forêt et une usine de pétrole.

Des Premières Nations de la Colombie-Britannique ont affirmé que la décision de la Cour d'appel fédérale était une victoire.

Photo : CBC

Radio-Canada

L'Office national de l'énergie (ONE) est de passage sur l'île de Vancouver pour de nouvelles audiences avec des Premières Nations au sujet du projet d'agrandissement du pipeline Trans Mountain.

Un texte de Fanny Bédard

Après avoir mené des consultations à Calgary la semaine dernière, l'ONE est à Victoria cette semaine et sera à Nanaimo la semaine prochaine.

En septembre dernier, le gouvernement fédéral avait demandé à l’ONE de réexaminer les deux questions qui ont poussé la Cour d’appel fédérale à annuler le décret permettant au gouvernement d’aller de l’avant avec le projet d’expansion du pipeline.

La Cour avait en effet jugé durant l’été que l’ONE n’avait pas consulté des Premières Nations de manière adéquate avant de donner son aval au projet. Elle avait aussi statué que l’ONE n’avait pas pris en considération les effets du trafic maritime sur l'environnement et sur les espèces menacées.

Du pareil au même, selon un député

Le député fédéral néo-démocrate de Victoria, Murray Rankin, ne pense pas que ces nouvelles consultations seront différentes des précédentes.

« Maintenant, le gouvernement est propriétaire du projet et beaucoup se demandent ce qui peut sortir d’équitable de cette situation. Les consultations nécessitent d’avoir l'esprit ouvert, d’entendre les deux parties et d'avoir la volonté de faire des changements significatifs si vous êtes persuadés que c’est nécessaire », déclare-t-il.

Des Premières Nations prises au sérieux

De son côté, Doug Brown, administrateur de la bande de Little Shuswap Lake, est plus optimiste. « Cette fois-ci, la Cour a mené le gouvernement et la compagnie à prendre ses consultations plus au sérieux, il ne s’agit pas seulement d'écouter et de prendre note, mais aussi de [coopérer] avec la Première Nation pour voir si on peut s’engager face aux problèmes décrits par les Premières Nations en ce qui concerne leurs droits », a-t-il indiqué à l’émission matinale Phare Ouest lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière