•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bon bilan pour Escale Gaspésie compte tenu des contraintes

Le navire de croisières L'Arcadia

L'Arcadia a été le plus important navire à s'ancrer à Gaspé en 2018

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Radio-Canada

À la suite de la fermeture de la saison des croisières, Escale Gaspésie rapporte que 36 navires, dont 24 internationaux, ont accosté au port de Gaspé cette année. Le chef d'escale, Stéphane Ste-Croix, estime qu'il s'agit d'une bonne saison malgré les annulations entraînées par les mesures de protection des baleines noires.

Un texte de Brigitte Dubé

Selon Stéphane Ste-Croix, la situation s’est améliorée par rapport à la saison 2017. Nous avons perdu 10 navires (moins de 15 000 passagers) comparé à 15 en 2017 (près de 24 000 croisiéristes de moins), recense-t-il.

Plus de 15 000 passagers et environ 8000 membres d’équipage prenaient place à bord de ces 36 navires, cette saison.

Un navire de croisières dans la baie de GaspéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Arcadia dans la baie de Gaspé

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Stéphane Sainte-Croix rappelle qu’une saison record de 51 escales s’annonçait pour 2018, avant qu’on mette en place les mesures de protection des baleines noires.

Ces mesures ont porté leurs fruits, ajoute-t-il. Heureusement, il n’y a eu aucun accident cette année. Mais, ce n’est pas évident pour les grands navires de s’adapter aux contraintes de réduction de vitesse à 10 nœuds et nous, ça nous fait mal.

Adaptation du marché

Par contre, une nouvelle avenue se dessine pour compenser la diminution du nombre de gros navires. On constate une évolution du marché vers des formules de type Expedition ou Luxury, avec des navires de plus petit tonnage et moins de voyageurs.

Rue de la Reine à GaspéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Touristes sur la rue de la Reine à Gaspé

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Ces propositions proposent des expériences touristiques différentes et des expéditions plus élaborées, plus personnalisées, susceptibles de laisser des retombées économiques importantes, selon M. Ste-Croix.

Stéphane Ste-Croix, chef Escale GaspésieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Stéphane Ste-Croix, chef Escale Gaspésie

Photo : Radio-Canada

La Gaspésie est un terrain parfait pour ce type de clientèle, indique-t-il. On a un potentiel d’attractivité assez fort pour ce type de clientèle plus active, plus portée vers la découverte.

Par ailleurs, Stéphane Ste-Croix anticipe une saison 2019 semblable à celle de 2018, avec une trentaine d’escales assurées jusqu’ici.

Ces deux dernières années, l’adaptation aux mesures de protection des baleines noires a été plus compliquée, mentionne-t-il. C’était réservé d’avance et on n’avait pas beaucoup de marge de manœuvre. En 2019, on recommence de nouveaux cycles d’itinéraires, donc on va être en mesure de voir exactement les effets.

Selon Escale Gaspésie, chaque croisiériste qui débarque à Gaspé dépense environ 100 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Tourisme