•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mieux vaut vendre sa maison maintenant

Une affiche À vendre devant un bungalow
Une affiche À vendre devant une maison Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Avis à ceux qui souhaitent vendre leur propriété : il vaut mieux brasser des affaires rapidement, car le marché, déjà tranquille à Québec, sera encore plus timide à l'automne 2019, selon les prévisions.

Un texte d’Alain Rochefort

C’est en 2018 que le prix médian des maisons unifamiliales a le plus augmenté depuis 5 ans à Québec, selon la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). On enregistre une hausse d’environ 2 % par rapport à 2017.

Cette augmentation de la valeur des maisons est accompagnée d’une hausse démographique d’environ 5600 résidents dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec.

« Le contexte est favorable à une demande un peu plus soutenue sur le marché immobilier dans la région de Québec, sans toutefois annoncer de croissance spectaculaire en 2019 », analyse Paul Cardinal, directeur du service d'analyse du marché de la FCIQ.

La hausse appréhendée des taux hypothécaires va cependant refroidir les ardeurs de certains acheteurs potentiels à la fin 2019, selon le FCIQ.

Toutefois, le relèvement des taux hypothécaires commencera à peser sur le budget des acheteurs de propriétés, qui se feront un peu moins nombreux à partir de l’automne 2019.

Paul Cardinal, de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ)

Avantage : les acheteurs

Le rapport de force demeure à l’avantage des acheteurs alors que s’achève 2018. Surtout dans le marché de la copropriété, une tendance qui perdure depuis quelques années à Québec.

Condos : encore un marché pour les acheteurs à Québec

« Les conditions de marché demeurent légèrement à l’avantage des acheteurs pour l’unifamiliale et le plex, mais largement à l’avantage des acheteurs pour la copropriété », commente M. Cardinal.

L’offre excédentaire constante dans la copropriété a d’ailleurs provoqué un recul des prix de 6 % entre 2013 et 2016.

Néanmoins, le marché immobilier résidentiel enregistra globalement une hausse des ventes de 3 % à Québec en 2018, si la tendance se maintient. En comparaison, l'ensemble du Québec connaît une hausse des ventes de 5 %.

Immobilier

Économie