•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autre coup dur pour les travailleurs de GM à Oshawa

L'entrée du site de GM à Oshawa.

Photo : La Presse canadienne / Eduardo Lima

Radio-Canada

Le fabricant automobile General Motors (GM) arrêtera à la fin de l'année 2019 la production de véhicules à son usine d'Oshawa. Cette annonce s'inscrit dans un plan de restructuration touchant les activités de l'entreprise en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde.

En tout, 15 % de la main-d’oeuvre du fabricant à l’échelle planétaire sera touchée par les changements. GM assure que parmi les emplois qui seront perdus, 25 % seront des postes de cadres. En tout, plus de 14 000 personnes en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde seront touchées par la décision de la multinationale.

GM entend désormais concentrer ses activités sur la conception de voitures autonomes et électriques.

Une personne appuyée sur un devant de voiture.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une travailleuse de GM dans une usine canadienne.

Photo : Radio-Canada

En plus de l'usine d'Oshawa, en Ontario, les chaînes de production à Détroit, à Warren et à White Marsh, aux États-Unis, seront touchées par les changements. Deux autres fermetures sont aussi annoncées par l'entreprise. Celle-ci mentionne qu'elles auraient lieu en 2019, sans préciser le ou les pays concernés.

Le fabricant automobile espère faire des économies d’environ six milliards de dollars américains dans le cadre de cette restructuration.

Les actions que nous entreprenons aujourd'hui permettent de continuer notre transformation pour devenir plus flexibles, résilients et rentables, tout en nous laissant la possibilité d'investir dans l'avenir.

Mary Barra, présidente-directrice générale de GM

Nous reconnaissons la nécessité de rester en phase avec les conditions changeantes du marché et des préférences des clients afin de positionner notre entreprise pour une réussite à long terme, ajoute-t-elle.

L'entreprise compte également des usines à Ingersoll, près de London, ainsi qu’à St. Catharines, en Ontario. Selon la direction, ces installations ne sont pas visées par la restructuration.

Après l'annonce, l'action de GM a bondi à la bourse.

« Une honte », dit le syndicat

Pour le moment, on ne sait pas combien d’emplois seront supprimés à Oshawa. Selon Unifor, qui représente les employés, 2522 personnes travaillent à l'usine d'Oshawa.

Le président d’Unifor, Jerry Dias, assure que le syndicat va se battre pour conserver les emplois à Oshawa. Il a qualifié la décision de GM de « honteuse ».

Ils ne fermeront pas notre usine sans une bataille.

Jerry Dias, président d’Unifor

Nous avons tout fait depuis les dernières années. Nous avons la meilleure productivité de la compagnie, a-t-il lancé.

Un homme devant un podiumAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président national d’Unifor, Jerry Dias.

Photo : Radio-Canada

M. Dias rappelle qu’en 2016 la compagnie s’était engagée à maintenir des emplois à l’usine d’Oshawa.

La compagnie GM dit qu’elle se tourne vers le 21e siècle, mais je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi arrogant. Elle ne tient pas compte de la communauté qu’elle va détruire, dit-il.

Le président national d’Unifor appelle le fabricant automobile à revenir sur sa décision. Jerry Dias ne ferme d'ailleurs la porte à aucune option afin de faire reculer la haute direction de GM.

Unifor réclame une rencontre avec Mme Barra et les dirigeants de GM le plus rapidement possible. Une rencontre doit également avoir lieu avec le gouvernement canadien demain.

Depuis dimanche, des rumeurs circulaient sur des mises à pied d'employés de General Motors à Oshawa.

L’usine d’Oshawa produit les modèles Cadillac XTS, Chevrolet Impala, Chevrolet Silverado et GMC Sierra.

Jacaudrey Charbonneau revient sur la présence de General Motors dans le paysage canadien, qui remonte à très longtemps.

Un jour sombre

Rapidement, la nouvelle a fait réagir le monde politique.

En conférence de presse, le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a affirmé que son gouvernement était « très déçu et très surpris » par cette « nouvelle désastreuse ».

Le ministre n’a pas tenté d’embellir la situation, mais a plutôt dit franchement qu’à court terme, il serait impossible d’éviter ces pertes d’emplois au sein de GM.

Ils ont défini leur position très clairement, a-t-il mentionné.

M. Bains soutient toutefois que son gouvernement a l’intention de continuer à « travailler » pour défendre les emplois dans l’industrie automobile au pays, « un secteur essentiel de notre économie ».

Dans le cas de l’usine d’Oshawa, ce travail se fera en collaboration avec la province et la Municipalité, dit-il, pour trouver des solutions qui pourraient amener GM à reprendre ses activités à l’usine.

Nous allons examiner toutes les options […] On ne fait aucune croix sur aucune chose, car l’enjeu est trop important. Ce problème doit amener des opportunités pour l’avenir.

Navdeep Bains, ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique

Doug Ford a parlé d'un jour sombre pour l'Ontario. Le premier ministre ontarien ne mise pas sur une relance de l'usine d'Oshawa.

La compagnie peut prendre les décisions opérationnelles qu'elle juge appropriées, mais je suis convaincu qu'elle réalisera un jour que quitter Oshawa était une erreur, a-t-il dit.

M. Ford assure par ailleurs que le gouvernement provincial sera présent pour aider les travailleurs à se retrouver un emploi. Il s'est rendu à Oshawa lundi soir en compagnie de ministres et députés de son caucus.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, réclame un débat d'urgence à la Chambre des communes, « afin de presser les libéraux de présenter un plan sur la façon dont ils vont répondre aux milliers de personnes sans travail et protéger les emplois restants dans le secteur manufacturier en Ontario ».

À la suite de la crise économique de 2008, les gouvernements de l’époque avaient consenti un prêt de plus de dix milliards dollars à GM. En 2015, les gouvernements canadien et ontarien ont vendu leurs dernières actions dans l'entreprise, ce qui aurait permis de récupérer environ neuf milliards de dollars.

Pas une surprise

Selon Yan Cimon, professeur titulaire au Département de management de l'Université Laval, l'annonce de ce matin n'est pas une surprise. Il note que la directrice générale de GM, Mary Barra, a souvent laissé entendre par le passé qu’elle souhaitait recentrer les activités du fabricant automobile.

On avait promis, lors des dernières négociations, des projets pour après 2019 ou du moins une continuation de la ligne de production. Généralement, ces promesses ont tendance à être réalisées, ajoute-t-il néanmoins.

M. Cimon croit que GM aurait tort de ne pas valoriser l’usine d’Oshawa.

L’usine d’Oshawa est un atout intéressant pour GM parce que les employés canadiens sont parmi les mieux formés.

Yan Cimon, professeur titulaire au Département de management de l'Université Laval

Ouverte en 1953, l’usine de GM employait environ 40 000 personnes au plus fort de sa production.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie automobile

Économie