•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pas de plus vers des excuses pour les victimes de la rafle en Saskatchewan

Une coiffe de plumes autochtone.
Des victimes de la rafle ont témoigné au cours des cercles de partage, en vue d'excuses officielles promises par la Saskatchewan. Photo: iStock
Radio-Canada

Une série de cercles de partage sur la rafle des années 60 s'est terminée dimanche à Regina. Cette initiative visait à recueillir des témoignages en prévision d'excuses publiques promises par la province.

« Nous porterons toujours en nous ces souvenirs douloureux, mais je dirais que c’est un pas dans la bonne direction », affirme l'ancien président de la Nation métisse de la Saskatchewan et survivant de la rafle des années 60 Robert Doucette.

« En racontant ce que nous avons vécu, nous avons l'occasion de bâtir une société meilleure », ajoute-t-il.

Depuis la mi-octobre, huit cercles de partage autochtones sur la rafle ont eu lieu dans six villes de la Saskatchewan, dont Regina, Prince Albert et Saskatoon.

Les cercles ont été organisés par la Société des victimes de la rafle des années 60 de la Saskatchewan, en partenariat avec le gouvernement provincial. L'organisme devra rédiger un rapport, qui sera utilisé par le gouvernement pour formuler des excuses officielles.

Ces excuses ont été promises en 2015 par le premier ministre Brad Wall. Dans son discours du Trône d'octobre dernier, le premier ministre Scott Moe a réitéré la promesse de présenter des excuses officielles aux victimes de la rafle.

Avec les informations d’Emmanuelle Poisson

Saskatchewan

Autochtones