•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre Andrée Laforest se prépare à sa première période de questions

La ministre des Affaires municipales Andrée Laforest accorde une première entrevue.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La députée de Chicoutimi et ministre des Affaires municipales et de l'Habitation et responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean soutient qu'elle a pris le temps d'écouter les doléances des villes en vue de la rentrée parlementaire, mardi.

Comme bien d’autres ministres du nouveau gouvernement de François Legault, Andrée Laforest avait du pain sur la planche pour affronter les questions qui pourraient lui être adressées.

Les demandes sont beaucoup au niveau financier. Plusieurs me demandent aussi d’avoir un meilleur accès à internet, ça revient souvent, a-t-elle mentionné dans une entrevue à Radio-Canada.

Je suis très gourmande pour la région. Je vais essayer de faire venir des emplois ici.

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Pas de nouvelle CRÉ

En entrevue à l’émission Y’a des matins, Andrée Laforest a réitéré qu’elle veut être la ministre des régions. Par contre, elle voit comme un recul l’idée de faire renaître les instances abolies comme la Conférence régionale des élus (CRÉ).

Refaire les CRÉ, non je ne penserais pas. Recommencer à créer des instances ce n’est pas notre genre, mais il faut des fonds pour les régions, a-t-elle mentionné.

Salaire des élus

La ministre des Affaires municipales confirme par ailleurs qu’elle a bien reçu la plainte du Parti des citoyens de Saguenay qui s’inquiète de l’augmentation de salaire rétroactive pour les élus municipaux.
Andrée Laforest refuse de se prononcer directement sur le dossier, mais elle compte étudier la plainte.

Est-ce que par exemple c’était le bon moment de faire ça? Si on va chercher un salaire pour les élus est-ce qu’on peut aller chercher des sous ailleurs?, s’est limitée à dire la ministre.

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique provinciale