•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ambulanciers du N.-B. veulent être reconnus comme soignants

Une ambulance, en hiver, est arrêtée près d'une voiture rouge.

Les ambulanciers du Nouveau-Brunswick veulent se faire reconnaître comme personnel soignant.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Radio-Canada

Les pressions des ambulanciers néo-brunswickois pour se faire reconnaître comme personnel soignant continuent. Les techniciens paramédicaux ont maintenant un comité qui mène la bataille et espèrent bien la gagner rapidement.

Les ambulanciers prodiguent des soins aux patients et ils devraient être reconnus comme tels : voilà le message que veut transmettre le nouveau comité chargé de militer pour la reclassification des ambulanciers paramédicaux.

Publiée sur la page Facebook du comité en fin de semaine, la vidéo a déjà été visionnée plus de 20 000 fois.

Cette campagne se veut une nouvelle étape dans le processus de reconnaissance des ambulanciers comme membres du personnel soignant du système de santé.

Pour l'instant, ils sont considérés comme des travailleurs de soutien, ce qui est très réducteur selon un des responsables du comité.

Dans les derniers onze ans, on a eu énormément, énormément de médicaments ajoutés, de techniques de travail sur les patients, etc. On a eu plein de choses en même temps et on n’est toujours pas reconnus comme donnant des soins aux patients, dit André Jobin, ambulancier à Grand-Sault.

André Jobin, ambulancier à Grand-Sault.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

André Jobin, ambulancier à Grand Sault.

Photo : Radio-Canada

De plus, les ambulanciers affirment être sous-représentés dans leur syndicat actuel. Avec une nouvelle classification, ils souhaitent donc aussi obtenir leur propre section syndicale.

On est seulement 9 % de notre local. On est moins de 1000 paramédics dans un local de 11 000 personnes. Au dernier vote de contrat d'union, on a voté à 96 % Non et le contrat a passé quand même, donc on n'est pas entendus, déplore M. Jobin.

Outre la reconnaissance de leurs compétences, les ambulanciers cherchent également à obtenir un ajustement salarial : On sait qu’à travers les premiers répondants au Nouveau-Brunswick, les ambulanciers sont payés 40 % de moins que les autres.

Ce n'est pas la première fois que les techniciens ambulanciers réclament une reclassification de leur métier.

Ils espèrent cette fois-ci profiter du changement de gouvernement pour réussir.

Avec les informations de Kassandra Nadeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Société