•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée conservatrice Amanda Simard critique vertement son gouvernement

Amanda Simard serre la main d'un homme dans une salle comble

La députée progressiste-conservatrice Amanda Simard lors d'une rencontre à Saint-Isidore, dans l'Est ontarien

Photo : Radio-Canada / Martin Robert

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La députée progressiste-conservatrice Amanda Simard continue de critiquer son gouvernement pour ses compressions dans les services francophones. Lors d'une rencontre publique dimanche, la députée de Glengarry-Prescott-Russell a qualifié les concessions de Doug Ford « d'un pas en avant pour trois pas de recul ».

Amanda Simard a organisé cette rencontre dans un aréna de Saint-Isidore, dans l'Est ontarien, afin de discuter des derniers développements à la suite de la tempête provoquée par l'énoncé économique de son gouvernement.

« Je ne pouvais prendre position trop vite, d’où le délai. Je voulais réfléchir. Je n’ai pas dormi de la semaine.  »

— Une citation de  Amanda Simard, députée progressiste-conservatrice de Glengarry–Prescott–Russell

Plus de 250 personnes se sont rendues à cette rencontre lors de laquelle la députée a appelé les Franco-Ontariens à poursuivre la mobilisation.

La députée Simard s'était déjà exprimée contre la position de son gouvernement, mais elle ne s'est plus adressée aux médias depuis les concessions partielles accordées par le gouvernement Ford vendredi.

Dans un message publié samedi matin sur Twitter, la députée de Glengarry–Prescott–Russell a toutefois résumé sa position par un seul mot : « Résistons ».

La députée Simard avait déjà manifesté son appui à la cause franco-ontarienne le soir de son élection. Elle avait alors affirmé [qu’il] n’y a aucune raison de se méfier de Doug Ford ou du Parti progressiste-conservateur.

Depuis, elle est devenue un des visages de la contestation franco-ontarienne.

Plus de détails à venir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !