•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que va changer un ministère des Affaires francophones?

Une dame.
Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le gouvernement Ford a annoncé la création d'un ministère à part entière pour les Affaires francophones, mais concrètement qu'est-ce que cela va changer? Selon une experte, tout dépend des fonds qui y seront octroyés.

Un texte de Jean-François Morissette

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, la professeure titulaire à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa, Geneviève Tellier, affirme que si le nouveau ministère des Affaires francophones veut être efficace, il faudra plus d’argent.

Elle met également en perspective l’argument financier du premier ministre Ford pour justifier les compressions dans les services en français qui ont été annoncées le 15 novembre dernier.

Selon elle, la mise en place d’un ministère va coûter de l’argent et cela va à l’encontre de l’argument économique avancé par le gouvernement Ford.

Mme Tellier note également qu’avec un nouveau ministère des Affaires francophones, le gouvernement Ford envoie comme signal qu'il veut être mieux conseillé au niveau des enjeux pour les Franco-Ontariens.

Le message envoyé par M. Ford est qu'il semble croire ne pas avoir été bien conseillé et que le gouvernement n’avait pas assez de ressources pour comprendre les conséquences de ses décisions, explique-t-elle.

Geneviève Tellier ajoute qu’en ayant un ministère à part entière, cela donne plus de crédibilité à la ministre, Caroline Mulroney, pour intervenir dans les dossiers auprès du bureau du premier ministre.

Par ailleurs, Mme Tellier ajoute qu’avec la création d’un poste de conseiller aux affaires francophones, le premier ministre laisse aussi entendre qu'il veut être mieux entouré lorsqu'il est question des enjeux francophones.

Ce qui me surprend le plus dans l’annonce [de vendredi] est que l’on donne quelque chose qui n’était même pas revendiqué par la communauté francophone, ajoute-t-elle.

Le président de l’Assemblée de la francophonie (AFO), Carol Jolin, espère pour sa part que le ministère recevra des ressources.

Nous avons besoin d’un engagement du gouvernement qu’il va allouer des ressources à ce ministère, a-t-il expliqué dans une vidéo diffusée par l’AFO samedi.

Nous ne voulons pas d’une coquille vide comme ministère des Affaires francophones.

Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario
Un homme parle au micro d'un studio de radio.Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario Photo : Radio-Canada / Nathalie Bastien

Déjà un ministère

Sous le gouvernement libéral de Kathleen Wynne, un ministère des Affaires francophones avait vu le jour en juillet 2017 et Marie-France Lalonde occupait le poste de ministre.

Lors de la formation de son cabinet, le 29 juin dernier, le premier ministre Ford avait choisi de revenir à la formule d’un simple office.

À l’époque, l’AFO avait été déçue de la décision du premier ministre Ford et avait parlé d’un recul pour la communauté.

Les annonces faites par le gouvernement Ford vendredi dernier n'ont toutefois pas fait reculer la communauté francophone. Des manifestations dans une quarantaine des villes sont toujours prévues le 1er décembre prochain.

Pas de réponse

Par voie de communiqué vendredi, le gouvernement Ford a annoncé qu’il allait recommander à la lieutenante-gouverneur que l’Office des Affaires francophones soit transformé en ministère des Affaires francophones.

Caroline Mulroney, qui est actuellement ministre déléguée des Affaires francophones, obtiendra ce poste de ministre. Selon le gouvernement, la ministre Mulroney aurait le pouvoir de défendre les intérêts des Franco-Ontariennes et des Franco-Ontariens et de veiller à la prestation des services en français.

Un femme debout devant un pupitre.La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney. Photo : L'Assemblée législative de l'Ontario

Radio-Canada a tenté de contacter le gouvernement afin d’avoir des précisions sur les nouvelles fonctions de Mme Mulroney et de savoir si des fonds supplémentaires seront octroyés au futur ministère des Affaires francophones.

Au moment de publier, la porte-parole de la ministre Mulroney, Jessica Trepanier, n’avait pas répondu à notre demande d’entrevue.

Politique provinciale

Politique