•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je suis chanceuse, mais la maladie m’a rattrapée », dit Dominique Michel

Dominique Michel pose à côté de sa statue au musée Grévin de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Ouimet

Radio-Canada

Aujourd'hui à la retraite à l'âge de 86 ans, la comédienne Dominique Michel, reine incontestée des Bye bye, aime répéter que dans sa vie, elle n'a « pas travaillé : [elle] a eu du plaisir ». Elle revient sur les moments forts de sa carrière et parle de ses récents problèmes de santé avec Louis-Philippe Ouimet.

« J’ai eu une carrière que j’ai aimée : j’ai chanté... Je n’étais pas une grande chanteuse, mais j’aimais ça, et puis j’ai beaucoup fait rire, résume-t-elle. J’ai été très heureuse dans mon métier. »

Avec 17 Bye bye à son actif depuis 1971, elle a incarné de très nombreux personnages. Son préféré? Michel Chartrand.

« Moi, j’aimais beaucoup faire Michel Chartrand parce qu’il sacrait. On ne sacre pas, dans la vie. Je rentrais sur scène en disant : "Vous êtes pas tannés de vous faire chier sur la tête?", et ça faisait du bien de le dire. »

Si elle considère que ses imitations étaient généralement bienveillantes, elle concède que certaines personnes ont pu se sentir blessées par les moqueries des Bye bye.

« Peut-être que ça blessait certaines personnes, mais il faut avoir le sens de l’humour. Moi, je me suis fait imiter et ça ne me dérange pas. »

Un « gros merci » à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

La comédienne a connu des problèmes de santé ces dernières années. En août, elle a d’ailleurs failli succomber à un épisode suffocant de canicule.

« Je suis passée proche », affirme-t-elle. Après un malaise cardiaque, on lui a installé un stimulateur cardiaque à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

« Je suis encore comme un petit cabri, dit-elle. Je cours d’un bord et de l’autre. Je suis chanceuse, mais la maladie m’a rattrapée. Ce n’est pas pour rien que je suis devenue porte-parole de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont : on m’a sauvée la vie deux fois. Ça demande un gros merci! » dit-elle.

Télé

Arts