•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pas vers une association francophone du South Slave

Une série de panneaux, en hiver, sur le bord de la route.

L’Association franco-culturelle de Hay River veut améliorer les relations entre Fort Smith et Hay River, deux petites communautés reliées par seulement 230 kilomètres de routes.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Association franco-culturelle de Hay River (AFCHR) dans les Territoires du Nord-Ouest veut faire participer davantage les francophones de Fort Smith à ses activités et désire examiner la possibilité de créer une association qui inclurait tous les francophones de la région du South Slave.

Un texte de Mario De Ciccio

L'AFCHR tenait son assemblée générale annuelle vendredi soir. Trois priorités en sont ressorties : rendre permanent le poste d’agent de développement de l'organisme, revoir les statuts et les règlements du conseil d’administration et explorer la possibilité de créer une association plus régionale qui inclurait les résidents de Fort Smith.

Ce sera la tâche du nouveau conseil d’administration et de sa nouvelle présidente, Soraya Ellert.

Des francophones rassemblés autours de tables.

Une vingtaine de francophones de Hay River, mais aussi de Yellowknife ont assisté à l’assemblée générale annuelle de l’AFCHR

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Le rapprochement avec Fort Smith

L’an dernier, l’AFCHR s’était donné comme mission de déterminer si des gens souhaiteraient participer à des activités organisées en commun avec les francophones de Fort Smith.

Les consultations avec les membres de la communauté ont été concluantes, selon la présidente sortante, Édith Vachon Raymond, qui a proposé l’idée de transformer l’association locale d’Hay River en une association régionale du South Slave.

La présidente sortante aimerait voir la création de cette association d’ici deux à trois ans.

Une femme dans une école sourit à la caméra.

La présidente sortante de l’AFCHR, Édith Vachon Raymond.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

« On est quand même à une étape où on doit voir ce que veulent les francophones de Fort Smith », précise la présidente sortante.

La proposition a plu à l’ensemble des membres dans la salle, en particulier à Christine Sivret, invitée en tant que résidente de Fort Smith engagée dans la communauté francophone.

« Je pense qu’il va y avoir énormément de francophones et de francophiles de Fort Smith qui vont être agréablement surpris de cette nouvelle », dit-elle.

Selon Christine Sivret, les activités francophones s'y font plutôt rares depuis la dissolution de l’Association francophone de Fort Smith en 2015.

Christine Sivret regarde la caméra pour la photo.

Christine Sivret habite Fort Smith depuis 7 ans.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

L’enseignante en immersion française souligne que sa communauté est petite, ce qui facilite les rencontres entre francophones, mais que l'organisation d'activités offrirait de meilleures occasions de se rencontrer.

La directrice générale de la Fédération franco-ténoise, Linda Bussey, s’est empressée d'approuver l’idée d’une association régionale.

Selon elle, une meilleure collaboration renforcerait la francophonie au sud du Grand lac des Esclaves en plus de permettre d'avoir un plus grand nombre de projets et de ressources.

Une nouvelle présidente

Après deux ans comme présidente de l’AFCHR, Édith Vachon Raymond a choisi de laisser la place à quelqu'un d'autre. Elle reste tout de même au conseil d'administration en tant qu'administratrice.

C’est une nouvelle arrivée à Hay River, Soraya Ellert qui présidera l’association pour les deux prochaines années.

Une femme pose pour la caméra.

La nouvelle presidente de l’AFCHR, Soraya Ellert.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

« Je pense qu’on a quelqu’un qui a du mordant, de l’expérience et une connaissance de la francophonie, non seulement nordique, mais canadienne, et un bagage polyvalent qui pourra nous éclairer », estime Édith Vachon Raymond.

Soraya Ellert est très intéressée par le rapprochement avec Fort Smith, mais estime qu'il faudra bien faire les choses.

Il faut être capable de leur offrir plus qu’une carte de membre.

Une citation de :Soraya Ellert, nouvelle présidente de l’AFCHR



Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !