•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travaux au moulin de L'Isle-Verte relancent le débat sur la protection du patrimoine

Le moulin de L'Isle-Verte partiellement démoli

Le moulin de L'Isle-Verte

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des travaux à la pelle mécanique ont été effectués au moulin du Petit-Sault à L'Isle-Verte au cours des derniers jours et ont suscité de vives réactions sur les médias sociaux. Selon le propriétaire du bâtiment, des débris ont été retirés d'une partie du moulin qui s'était déjà effondrée et une section de mur qui menaçait de tomber a été abattue.

Un texte de Marie-Christine Rioux d'après les informations d'Ariane Perron-Langlois

La vue d'une pelle mécanique au moulin du Petit-Sault a inquiété plusieurs internautes.

L'ancien moulin à farine construit en 1823 est considéré comme un bien patrimonial. Il a été désigné comme tel en 1962.

Le cours d'eau qui borde le moulin est enneigé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cours d'eau qui borde le moulin

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Les travaux ont permis de déplacer certains débris d'une section qui s'était déjà effondrée avec le temps, avant que les derniers travaux ne soient effectués.

De plus, une section de mur, qui était instable et menaçait de s'écrouler, a été abattue à la demande de la MRC de Rivière-du-Loup pour des raisons de sécurité et pour protéger le cours d'eau qui borde le site.

Le propriétaire du moulin, Yves Côté, précise que son projet de restauration est toujours sur la table et il assure que les travaux des derniers jours ne signifient pas la démolition du bâtiment patrimonial.

Ce qu'on a fait, c'est ramasser ce qui était détruit avec les années, mais le moulin, il n'est pas détruit pour le moment. Si jamais on va plus loin, on va prendre des décisions, mais on n'en est pas là aujourd'hui.

Yves Côté, propriétaire du moulin de L'Isle-Verte

M. Côté reconnaît toutefois que des décisions importantes devront être prises au cours de l'année quant à la réalisation de ce projet.

Presque la moitié du toit du moulin est tombé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le moulin de L'Isle-Verte était déjà endommagé en 2013.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Ces travaux avaient été autorisés par le Ministère de la Culture et des Communications.

La section du bâtiment qui est toujours solide n'a pas été touchée.

Réactions politiques

La ministre de la Culture et des Communications et députée de Montarville, Nathalie Roy, a réagi samedi après-midi sur sa page Facebook.

Elle affirme que son ministère suivra de très près les travaux et accompagnera le propriétaire dans ses démarches.

De son côté, la mairesse de L'Isle-Verte, Ginette Caron, a rappelé l'importance historique du bâtiment pour la région.

C'est l'histoire de L'Isle-Verte. C'est un moulin à farine qui a fonctionné presque jusqu'en 1960, 1970. Les agriculteurs allaient porter leurs céréales et allaient faire moudre leurs céréales là. Ça a eu de l'importance, a affirmé Mme Caron.

Des pierres forment des piles près du cours d'eau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des débris sont tombés dans le cours d'eau qui borde le moulin.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La mairesse ne pense pas qu'il soit trop tard pour sauver le bâtiment. Elle estime toutefois que les autres paliers gouvernementaux devront intervenir dans le dossier du moulin.

Mme Caron ne ferme pas la porte à ce que la Municipalité devienne propriétaire du moulin. Elle précise par contre qu'elle n'est pas seule à devoir prendre cette décision.

Un vestige important de l'époque seigneuriale

Le professeur d'histoire à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Jean-René Thuot, explique que le moulin du Petit-Sault est reconnu comme l'un des derniers vestiges significatifs, si on veut, de l'ère des moulins de l'époque seigneuriale dans le Bas-Saint-Laurent. Plusieurs l'identifient comme l'un des plus anciens moulins qui sont encore debout.

Selon lui, il n'est pas trop tard pour mettre en valeur l'histoire du moulin.

Il n'est pas trop tard pour investir le site et lui donner du sens, ça c'est certain. Il reste quand même encore une bonne partie des structures. Ça veut dire que le site est déjà disponible pour être interprété, être documenté.

Jean-René Thuot, professeur d'histoire à l'UQAR

Jean-René Thuot ajoute que lorsque la structure d'un bâtiment n'est plus entière, une partie du vestige peut servir de dispositif différent pour rappeler certaines facettes de l'histoire du site.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !