•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée progressiste-conservatrice Amanda Simard continue d'appeler à la résistance des Franco-Ontariens

Une femme devant des micros.
La députée progressiste-conservatrice de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard. Photo: Radio-Canada / Denis Babin
Radio-Canada

Au lendemain d'un recul du gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford qui a annoncé le rétablissement de services en français en Ontario, Amanda Simard continue d'appeler à la résistance de la communauté franco-ontarienne.

Dans un message publié samedi matin sur Twitter, la députée de Glengarry–Prescott–Russell résume sa position par un seul mot : « Résistons ».

Son message est accompagné d'une lettre signée par 111 juristes et avocats francophones et francophiles qui saluent la position qu'elle a adoptée depuis l'annonce des compressions dans les services en français lors de la présentation de l'énoncé budgétaire de l'Ontario il y a un peu plus d'une semaine.

La députée qui est aussi adjointe parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones a en effet dénoncé l'abolition du Commissariat aux services en français et l'abandon du projet de l'Université de l'Ontario français.

Votre opposition à ces deux mesures, et votre tentative d'infléchir la position du premier ministre, ainsi que toute autre action que vous allez entreprendre, témoignent en effet d'un engagement fort envers la francophonie ontarienne que nous partageons avec vous.

Lettre des juristes à Amanda Simard

En fin d'après-midi vendredi, le gouvernement de Doug Ford a cédé en partie aux pressions des francophones en annonçant par voie de communiqué que la loi sera modifiée pour permettre la création d'un poste de commissaire aux services en français au bureau de l’ombudsman.

Il a aussi annoncé la création d'un ministère des Affaires francophones à part entière, comme celui qui existait sous le gouvernement provincial précédent et la nomination prochaine d'un conseiller politique principal responsable des affaires francophones au bureau du premier ministre.

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, a toutefois indiqué que le projet de l'Université de l'Ontario français demeurait suspendu pour des raisons financières.

Amanda Simard n'est pas la seule à vouloir maintenir la pression sur le gouvernement, alors que l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario a estimé vendredi soir que les concessions du gouvernement ne sont pas suffisantes et a affirmé que les manifestations prévues le 1er décembre prochain sont maintenues.

Politique provinciale

Politique